Ça pourra vous étonner, mais c’est pourtant mon cas. Oui je suis claustrophobe, et oui je prends l’avion environ 20 fois par an. Je n’en suis pas fier, mais je n’en ai pas honte non plus. Alors je me suis dit que mes nombreux vols et donc expériences pourraient peut être servir à d’autres claustrophobes, à ceux qui hésitent beaucoup plus pour prendre l’avion. Sachez-le : pendre l’avion et votre claustrophobie ne sont pas incompatibles.

Chaques années, je prends l’avion plus de 20 fois.

New York, Londres, Marrakech, Toulouse, Paris, Bordeaux, etc… Si je vous explique tous les vols que j’ai fais l’année dernière, c’est pour vous montrer que c’est possible. Mais alors comment fais-je donc ?

Pas de remède miracle, mais quelques astuces de mon cru.

Confidences d’un claustrophobe en avion

 

Je n’ai pas de secret, je ne vous garantit pas que cela fonctionnera pour vous. On a tous des niveaux de claustrophobie différents. Pour ma part ça dépend aussi de mon état et des jours. Mais curieusement, plus le temps passe et plus les sensations deviennent de plus en plus identiques (dans le mauvais sens malheureusement). Je pourrais me dire que plus ça avance, et moins je me sens capable de voyager. Mais non. Il y a toujours quelque chose de positif.

Je n’ai pas de « mauvaises » surprises

Je sais maintenant comment mon corps va réagir à ma phobie et ses conséquences. Je peux donc être mieux préparé et vaincre ma claustrophobie en avion.

Petit retour en arrière : « le réveil » de ma claustrophobie !

J’ai toujours été plus ou moins claustro. Je n’ai jamais aimé les ascenseurs, et tous ces magnifiques endroits qui nous font nous rendre compte que notre esprit est plus fort que notre corps… Curieusement, un jour, alors que j’ai déjà parcouru des milliers de kilomètres en avion sans jamais avoir de soucis, il se passe quelque chose de différent. D’ailleurs, 6 mois avant, nous sommes allés au Maroc et je n’avais rien ressenti. J’imagine donc que ma claustrophobie s’est « réveillée » ce jour-là, pour ne plus me lâcher.

Donc, nous partons en avion pour Abu Dhabi au départ de Paris, nous sommes en 2008. Avant d’arriver à ma place, nous parcourons le long couloir, car pas de chance nous sommes dans le dernier quart de l’appareil. Là, une sensation étrange se produit. Je ne me sens pas bien du tout, et plus j’arrive vers la fin de l’appareil, plus je me sens dans un tunnel étroit. Je m’assois à ma place côté hublot et cette vue interminable vers l’avant de l’appareil m’achève. Je ne vais pas en parler plus que ça. Ceux qui sont concernés savent de quoi je parle (d’ailleurs l’effet que j’ai ajouté à la photo en tête d’article n’y est pas par hasard…).

J’essaye de respirer calmement et je suis à deux doigts de quitter l’avion et de dire adieu à nos 15 jours de vacances ! Finalement, en prenant sur moi, et en écoutant de la musique, en fermant les yeux et en respirant très profondément et lentement, l’effet devient tout juste supportable.

Le pire moment dans ce cas ?

Se dire que dans quelques minutes tu vas décoller et que tu vas être enfermé pendant environ 8 heures. Et que si pendant le vol tu n’arrives pas à te maîtriser, tu seras très mal ! Et plus tu y penses, plus les symptômes de la claustrophobie deviennent fort. LE cercle vicieux !

Bon finalement après une heure de vol et d’exercices de respiration (de mon invention) le reste du trajet se passera bien. Voilà, ce n’est pas ma claustrophobie qui m’aura empêché de partir en vacances au soleil !

Depuis j’ai fait un grand nombre de vols, alors au fur et à mesure j’ai trouvé des petites astuces qui me permettent de voyager librement en avion même si je suis claustrophobe.

Mes astuces pour vaincre ma claustrophobie en avion

Encore une fois, ce sont mes astuces. Je ne vous garantis rien, mais ça fonctionne pour moi, la preuve avec tous les vols que je fais.

  1. Si possible je choisis un siège vers l’avant de l’appareil. Je déteste cette sensation « d’effet tunnel » si je ne suis pas vers l’avant. En règle générale, vous pouvez choisir votre siège au moment de vous enregistrer 30 heures avant le départ du vol gratuitement, ou à tout moment en payant un supplément. Si je ne peux pas avoir un siège qui me convienne, je ne regarde pas vers l’avant de l’appareil. Je trouve que cet « effet tunnel » renforce considérablement ma claustrophobie. Bizarrement, après le décollage, je n’ai plus ce souci, même si c’est vrai que j’évite d’aller à l’arrière de l’appareil et de regarder vers l’avant. Faut pas être maso !


  2. sedatif pc prendre avion claustrophobe



    2 cachets de Sedatif PC avant d’embarquer

    Je prends deux cachets de Sédatif PC (homéopathie). Un jour avant de prendre l’avion je me suis dit : et pourquoi pas essayer ? De toute manière c’est homéopathique et en vente libre, alors ça ne peut pas me faire de mal. Depuis que je l’ai essayé, c’est une véritable différence. Je me sens vraiment détendu sans avoir d’effet de somnolence. Pour moi, c’est parfait. Je prend les deux cachets environ une heure à trente minutes avant de monter dans l’avion. Il peut m’arriver de compléter juste au moment du décollage par deux autres (je sais ce n’est pas recommandé dans la posologie, mais j’assume pour ne pas dire que je m’en moque même). Par contre ne prenez surtout pas 4 cachets d’un seul coup ou trop rapprochés entre les prises. J’ai testé, j’ai eu mal au ventre… Oui ce n’est pas malin, mais dans ce genre de cas, on fait tout ce qu’on peut pour aller mieux. En fonction de la durée du vol, il peut m’arriver d’en prendre encore deux autres plus tard.

  3. J’embarque dans l’avion en dernier. Je m’assois proche de la porte d’embarquement et j’attends le dernier moment pour y aller. Et même s’il n’y a plus personne dans la salle d’embarquement mais qu’il reste du temps avant la fermeture de la porte, je patiente. En effet, il faut du temps à tous ces gens pour trouver leur place, alors je ne vais pas me précipiter pour attendre dans la passerelle avant l’avion ou encore dans le couloir de l’appareil en lui même. Et c’est encore plus important en été. A Nice par exemple, les passerelles d’embarquement sont en verre, et c’est un véritable four qui me met très mal à l’aise si je dois y rester plus d’une minute.
  4. Dès que je suis installé à ma place, j’ouvre la ventilation individuelle au plafonnier en tournant le bouton et je dirige le flux d’air vers mon visage. Plusieurs minutes après le décollage, l’air devient plus présent dans l’appareil et je coupe ma propre ventilation.
  5. Si besoin je mets mon casque et j’écoute de la musique et/ou je lis un magasine pour me forcer à penser à autre chose. Il faut tout faire pour éviter d’y penser et de rentrer dans le cercle vicieux.
  6. Dernière astuce, pour les fois où c’est difficile, je fais des exercices de respiration. Je me cale dans mon siège, je me détends un maximum et je respire très profondément. En inspirant par le nez lentement pendant environ 5 secondes (avec le bas du ventre) et en expirant de la même manière. Je fais cet exercice quelques minutes et même mes pires crises de claustrophobie passent.

 

 

 

J’espère que mes astuces pourront vous aider à voyager, car ça serait vraiment dommage de ne pas profiter de tout ce que l’on peut faire comme voyages en prenant l’avion. Et si j’y suis arrivé, vous pouvez le faire. Je vais même vous confier un dernier secret :

Ma claustrophobie et moi on est devenus super potes.

On ne part plus en voyage l’un sans l’autre….

Si vous aussi vous avez des trucs à échanger, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Soyons solidaires.

Qu’est-ce que la claustrophobie ?

Edit : j’ai longtemps hésité à écrire cet article. Je suis ravi de l’avoir fait. Je me rend compte que je ne suis pas le seul dans ce cas, vu tous les commentaires. Merci à tous ceux qui nous donnent leurs avis et conseils.

Le meilleur de 4 Coins du Monde

Recevez tous les mois nos derniers articles dans votre boite mail !

Don’t worry we don’t spam

Expatrié pendant 10 ans, j'ai eu la chance d'habiter en Ecosse, à Londres, en Malaisie, en Indonésie et au Venezuela, ce qui m'a donné le goût du voyage. Depuis avec Florence nous parcourons des milliers de kilomètres chaque année et depuis 2013 avec #BébéVoyageur.

D'autres articles sur Transports

142 Commentaires

  1. Cyril

    17/05/13 at 10:25

    Sympa ton article, surtout la conclusion 😉

    Je ne suis pas claustrophobe mais dès que le vol dur plus de 1h30 j’ai les jambes qui donne des coups de pieds dans le siège devant sans que je puisse y faire quelque chose.
    J’ai également développé mes propres astuces pour essayer de tenir le coup lors de mes nombreux voyages en avion. Bizarrement j’essaie de rentrer dans l’avion parmi les premiers afin de m’assoir, fermer les yeux et dormir. Je dors environ jusqu’à 30min après le décollage et ensuite, soit je lis, je sors l’ordinateur tec. Et pour les vols les plus longs, je fais les 100pas dans l’avion et tiens compagnie aux hôtesses et Steward à l’arrière de l’avion tout en restant debout.

    Merci de faire partager ton expérience avec nous.

    Répondre

    • Xavier

      17/05/13 at 11:26

      Merci Cyril !
      C’est vrai qu’il vaut mieux le prendre avec un peu d’humour, ça dédramatise et ça fait du bien.

      Je ne connaissais pas ce que tu expliques dans ton cas. Je connais le syndrome des jambes sans repos, mais pas ça.
      Mais quand tu parles de « coups », tu veux dire que tes jambes bougent vraiment toutes seules ? O_o’

      Répondre

    • Clémence

      09/06/13 at 14:08

      Merci beaucoup pour cet article que j ai lu attentivement.
      Je suis également claustrophobe, depuis si longtemps … Elle s’accroche à moi et ne me quitte pas. J’arrive a lutter , jusqu a présent. Mais dans qq mois c’est le plus long trajet en avion que je vais devoir réaliser. Je pars a New York donc soit 8 h d’avion. J’appréhende beaucoup car cette fois ci, il n y aura pas de  » solution miracle  » pour sortir de l’avion !..
      J’essayerai donc vos petites astuces … Merci !

      Répondre

      • Xavier

        10/06/13 at 11:06

        Bonjour Clémence.
        Merci pour votre message.
        Pour ma part le plus long vol que j’ai fais est Nice-San Francisco.
        Et il n’y a pas de différence avec un vol de 2 heures…

        J’espère sincèrement que mes conseils pourront vous aider.

        Revenez nous raconter ça après votre voyage surtout.
        Bon courage.

        Répondre

        • Clémence

          10/06/13 at 14:41

          Votre Blog est top, c’est une super idée. Je suis contente d’être tombée dessus.
          Après, il me reste qq mois pour me préparer, je pars en octobre. Mais je n’ai jamais pris l’avion plus de 2 heures,et à l’époque, la claustrophobie n’était pas présente, elle s’est déclarée il y a qq années, je pense, que c’est à la suite d’une petite  » dépression « .
          C’est très handicapant, d’autant plus que je n’ai que 22 ans… Je ne sais pas si c’est également votre cas, mais j’ai beaucoup de mal à prendre le bus, surtout quand il est rempli, le train également, l’ascenseur, le tram… Je privilégie toujours la voiture, mais parfois, il n’y a pas le choix. Alors l’avion…
          Vous est il arrivé de prendre des médicaments  » plus puissants que sédatif PC ? Est ce qu’il y a certains risques ?

          Répondre

          • Xavier

            11/06/13 at 10:57

            Merci beaucoup Clémence. Que de compliments ! Nous sommes heureux qu’il vous plaise.

            Il est pourtant encore jeune, alors avant votre départ en octobre, n’hésitez pas à revenir. Nous avons pleins d’articles en préparation sur New York.

            Pour en revenir à la claustrophobie, en bus ça dépend du monde et si il fait chaud ou non. Idem pour le train. L’ascenseur, lui par contre, gagne à tous les coups !

            Et non je n’ai jamais rien pris de plus fort que du Sédatif PC. Est-ce qu’il y a des risques, je ne sais pas. Parlez-en à votre médecin peut être? Il sera bien plus amène à vous répondre que moi.
            Je trouve sur des forums des idées et avis sur ce sujet. Je trouve les réponses trop dangereuses. Certains parlent de prendre de forts médicaments et d’autre y mélangent même de l’alcool car ils ne tiennent plus en vol.
            Je pense qu’il est là le danger.

            Pour ma part, je refuse tout autre choses que « mes méthodes ». Pas envie de prendre de risque, et de perdre le contrôle. Ca fonctionne comme ça, même si je dois me battre mentalement. Ce ne sont pas des solutions miracles qui règlent tout le problème, mais ça marche.
            De tout manière c’est pour moi, comme toute phobie, 100% dans la tête.
            Je pense qu’il faut déjà l’accepter, le reconnaître et ensuite admettre qu’on ne maîtrise pas tout. Ensuite on peut commencer le combat !

            Et si vous commenciez à vous entraîner avant avec ces méthodes en prenant le train par exemple ? Si ça fonctionne, je jour J vous serez sereine car vous saurez que tout se passera bien.

          • Elsa

            19/06/14 at 12:39

            Je me permets, à un an de décalage, de répondre en dessous du commentaire de Clémence car je me reconnais tout à fait dans ses propos. Ma claustrophobie s’est réveillée il y a maintenant quelques années et aussi bien le train, le métro, le tram, l’avion sont un vrai challenge pour moi. Donc je cherche à tout faire en évitant tout ça au maximum ! Mais maintenant l’envie de voyager, de d »couvrir de nouveaux horizons me titille et donc l’avion devient indispensable….
            Alors merci beaucoup Xavier pour cet article. Je pars dans deux mois en Irlande, bien que le vol ne soit pas long j’ai très peur à l’idée de l’état dans lequel je vais être. Helas 5 min suffisent pour que je fasse une crise de panique. Je vais donc essayer d’appliquer vos méthodes et tout faire pour que ce vol se passe au mieux.

          • Sev

            07/08/16 at 16:23

            Moi pareil….tu as pris quoi comme médocs….

    • Rault

      13/12/14 at 09:25

      Bjr je suis actuellement ds la salle d attente à Lyon pour revenir à Nantes j ai bcp voyagé et je ne connaissais pas la claustrophobie comme pour toi elle c est réveillée lors d un raid humanitaire j ai été enfermé ds un camion frigorifique pendant quelques minutes ça m a paru des heures et depuis quand je suis dans des lieus confinés je suis tres mal j ai envie de sortir tres rapidement comme je voyage bcp pour des longs mais aussi des voyages je faits comme toi j attends le dernier moment pour monter dans l avion ventilation a fond et grande respiration et je regarde mes sms c est le début du voyage qui est difficile après une demie heure tout redevient normal J attends l embarquement je n avais pas regardé mon numéro et comme par hasard siège 1 a alors je me sents déjà mieux. Claude

      Répondre

      • Luc

        10/05/15 at 08:01

        Bonjour je veux partager un message d’espoir aux claustrophobes. J’ai fait use crise le mois dernier qui m’a force a quitter l’avion juste avant la fermeture des portes. Néanmoins ce weekend je me suis forcé à reprendre un vol. Je ne dis pas que ca été facile mais j’ai réussi. Je me suis fait aide par un psy + un cachet 2 min avant d’embarquer afin de calmer les symptômes
        Bon courage à tous

        Répondre

        • Sev

          07/08/16 at 16:24

          Moi aussi je veux prendre l avion!!!! C est quoi vos médocs!!???

          Répondre

    • Sedikki marjorie

      17/07/15 at 10:18

      Bonjour ,

      je suis journaliste sur Europe 1 et je cherche un témoignage pour aujourd’hui vendredi 17 juillet à 11 h sur les inconforts en avion. Je prépare une émission sur la santé expliqué par des medecins en studio qui vont expliquer les gestes santé a connaitre pour prendre l’avion.

      ca vous dirait de témoigner 5 min avec nous ?

      Répondre

      • Xavier Berthier

        19/07/15 at 05:18

        Bonjour et merci d’avoir pensé à moi.
        Malheureusement étant en voyage à l’étranger, je n’ai pas vu le message avant.
        Pour le jour même c’est un peu short, dommage. 😉

        N’hésitez pas à me contacter une autre fois si besoin directement par mail via notre page contact.

        Répondre

    • Dany

      08/03/16 at 21:23

      Bonjour je suis également claustrophobe plus plus plus : pas de tunnel trop long pas d’ascenseur mais oui je prends l’avion ! Et heureusement ! En fait, je ne m’étais rendu compte de rien . Ce sont mes amis qui m’ont fait remarquer que je ne prenais pas les ascenseurs , les tunnels etc … Et pourtant je prenais l’avion … J’ai répondu que je ne pouvais pas l’expliquer mais que cela me convenait très bien … Mais cela a réveillé des questions en moi ….Je vais prendre prochainement l’avion pour un long voyage donc je ne pose un peu la question . L’article de Xavier pourrait avoir été de moi tellement cela me ressemble . Le fait de respirer profondément par le ventre en posant les mains sur le ventre c’est un geste de sophrologie qui fonctionne très bien idem pour insomnies . Moi je prends 5 granules de gelsenium’en 9ch 30mn avant le décollage que j’adore !! Cette sensation de vitesse me grise Ignatia 9 Ch en granules aussi c’est pas mal
      Voilà je voulais partager et ne pas se sentir seul est toujours mieux
      Mon prochain défi prendre l’euro star pour aller à Londres !! J’ai déjà pris des tunnels sous marin en voiture en Islande alors ….

      Répondre

  2. Cyril

    17/05/13 at 11:33

    Non j’arrive à me contrôler mais je sens que là faut que je me lève. C’est un peu pareil en longue réunion etc.

    Répondre

  3. Lili

    31/05/13 at 22:41

    Je suis moi-même un peu claustrophobe aussi. Et ça ne s’arrange pas avec le temps. Je suuporte de moins en moins le peu de place qu’on a dans les avions. Mais je me console en me disant que dans quelques heures… je serai dans une ville superbe ou un pays magnifique. Il n’y a rien à faire qu’à subir de toute façon…
    Je rêve et prie pour être surclassé un jour… et avoir de l’espace.

    Répondre

    • Xavier

      01/06/13 at 09:35

      Aïe ! Ca promet alors. Je compatis car pour moi aussi ça a empiré. L’avantage c’est que maintenant je pense que c’est « stabilisé ». Enfin je prie surtout pour que ça n’empire pas.

      Pour le surclassement oui tu peux toujours rêver. Sinon si tu peux, ça vaut vraiment le coups.

      Sinon tu peux aussi faire comme ce couple d’anglais que l’on a rencontré sur le Queen Mary 2 lors de notre traversée transatlantique vers New York… Madame n’aimant pas l’avion, ils prennent le « bateau » pour aller l’été en vacance sur la côte Est et ensuite descendre en train pour Miami. Puis ils font le chemin inverse.
      Mais là il faut vraiment avoir les moyens ! 😉

      Répondre

      • Cyril

        10/06/13 at 16:06

        Faut avoir les moyens et le temps parce que si tu as 15j de vacances… ça passe vite sur le bateau.

        Répondre

        • Xavier

          11/06/13 at 11:01

          Bonjour Cyril,
          oui mais carrément même. Enfin j’ai pas dis que le couple d’anglais dont je parle n’avait pas les moyen 😉
          Ils prennent le « bateau » tous les été et arrivent à New York. Puis le train vers leurs appartement de vacances à Miami… Enfin voilà, pas de soucis pour leurs budget quoi… 😉

          Moralité, quand on a beaucoup d’argent, on trouve plus de solutions 😉

          Et si tu n’as « que » 15 jours de vacances, c’est juste le temps de l’aller-retour en bateau… mauvaise idée alors !

          Répondre

  4. Marie

    13/06/13 at 17:34

    Merci pour cet article, trés réconfortant! je suis dans le même cas que vous tous, claustrophobe . Au point de ne jamais prendre un ascenceur ou aller dans des toilettes publiques sans mon smartphone ….et j’adore voyager. Malheureusement ça empire , les avions , de temps en temps les trains, les bateaux( grand moment le voyage Toulon-Bastia en ferry), et maintennt la voiture quand on est sur l’autoroute.
    Cet été on part à Formentera en Aôut je commence déja à y penser …
    La respiration c’est trés efficace , je fais du streching d’autres activités comme le Yoga et le Chi Gong.
    Du coup pour l’avion je me limite à 2h 3h de vols maxi ce qui m’empêche d’aller dans tous les endroits que l’on aimerait découvrir ou redécouvrir , il y a quelques années je supportais encore bien les vols longs courriers, et je prenais l’avion seule.

    En tout cas encore merci pour votre article et bon courage à tous les claustrophobes qui aiment les voyages!

    Marie , 33 ans , Pau

    Répondre

    • Xavier

      14/06/13 at 10:00

      Bonjour Marie.

      Merci pour votre message et surtout bon courage à vous aussi.

      Répondre

    • Clémence

      17/06/13 at 10:49

      Oui c’est vrai qu’en y réfléchissant bien, il m’est également difficile de faire un long trajet en voiture si je sui à l arrière de celle ci … Encore + si la voiture est petite, et 3 portes.
      Bref, moi aussi ça empire j’ai l’impression !…
      Bon courage ! xxx

      Répondre

      • Marie

        17/06/13 at 20:52

        Merci!! Bon courage à toi aussi.

        La fatigue et le stress sont des facteurs qui aggravent probablement.
        J’imagine parfois que je vais souffrir de claustrophobie, j’anticipe, et une fois en vacances ,ou dans un endroit qui me plait ça ne se déclenche pas . Par exemple, j’habite près des Pyrénées , et dans les tunnels en montagne pas de problème, et curieusement dans le métro non plus, quand je prends le métro c’est que je suis en vacances dans une grande ville, et dans le métro les portes s’ouvrent régulierement.

        Sinon le spasmine, je trouve ça efficace, c’est à base de plantes.

        Biz

        Répondre

  5. Franck

    20/06/13 at 12:45

    J’ai lu cet article avec beaucoup d’estime pour ton courage! c’est vraiment un exemple pour tous ceux qui sont atteints de claustrophobie. Le simple fait de se décider à affronter les situations et de dire non cela ne va pas m’empecher de voyager ou encore de faire d’autres découvertes (peu aisées), pour moi c’est un grand pas pour une amélioration. Et meme si tu ne vois pas de résultats considérables en ce moments saches que la persévérance est une armes redoutable pour toute limitation.
    Cordialement!

    Répondre

  6. El Grego

    30/06/13 at 23:48

    Merci pour tes conseils. Je suis moi-même claustro depuis quelques années déjà et j’en souffre énormément. Je souhaite me rendre au Japon l’an prochain et dès que je pense aux 13h de vol je panique !!! Je pense faire le stage peur-avion, j’espère découvrir le pays qui me fait rêver.
    À bientôt

    Répondre

    • Xavier

      01/07/13 at 16:18

      Merci pour ton commentaire. Je compatis, je sais ce que c’est d’y penser avant…
      Pour le stage je ne sais pas si ça peut servir car il est axé sur la peur en avion.
      Si tu le fais j’aimerai beaucoup un retour. Ca serait très intéressant.

      Répondre

  7. El Grego

    01/07/13 at 16:39

    Je le ferai sûrement en début d’année prochaine, je te dirai ce qu’il en est 😉

    Répondre

  8. Samsuffit

    08/07/13 at 22:58

    Bonsoir,

    Tout cela me donne du baume au cœur et me rassure énormément.
    Je suis également claustrophobe et cela empire.
    Par contre, aucun problème dans un ascenseur mais le métro et l avion pour moi est une torture !!!
    Et début août 4h00 d avion pour aller en vacances, j angoisse déjà et j ai même du mal a respirer, comme expliquer précédemment : quand la porte se referme j ai la sensation de manquer d air, de m asphyxier, de perdre les pédales … Horribles impressions …
    Mais je vais y aller et essayer de lutter, je vous raconterais … Si je suis toujours la looool

    Répondre

    • Xavier

      10/07/13 at 10:54

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire et surtout bon courage pour le vol en août !

      N’oublies pas de revenir partager avec nous non expérience.

      Et bonne vacances quand même !

      Répondre

    • Julien

      01/08/15 at 20:11

      je me reconnais énormément dans ta description, ce moment fatidique ou les portes ce ferme, une vrai torture. courage a tous

      Répondre

  9. Clémence

    10/07/13 at 13:39

    Billets pour New York pris ! Et j’ai une escale de 3heures à Lisbonne (car Air France Portugal) Et je me dis que ça peut être un bon moyen pour « souffler » faire une pause durant ce long vol non? Par conséquent, la claustrophobie peut s’évaporer un petit peu.. 🙂

    Répondre

    • Xavier

      11/07/13 at 09:26

      Bonne nouvelle de belles vacances en perspective !

      Profites-en bien et bon courage.

      Répondre

  10. Clémence (une autre ^^)

    26/07/13 at 23:36

    Bonjour, j’ai lu ton article avec grande attention et je dois avouer que c’est très réconfortant! J’ai 21 ans et j’ai déclaré une forme de claustrophobie depuis quelques mois mais qui s’est depuis stabilisée, voire qui a presque totalement disparu. Mon médecin m’avait prescrit du paroxetine, ce qui m’a grandement aidé!! De plus, lorsque je dois prendre le train, je prend du sédatif pc mais j’ai trouvé encore mieux : xenalia, qui est sous la même forme que le sédatif pc, qui est aussi de l’homéopathie mais qui traite davantage l’anxiété, l’angoisse et l’appréhension. Bon courage à tous!

    Répondre

    • Xavier

      19/09/13 at 13:58

      Merci Clémence pour ton commentaire. Je suis toujours ravi (et surpris) de voir que les gens soient content de lire mon expérience.

      Merci aussi pour l’info du « Zenalia » (et non Xenalia 😉 ). Je ne connaissais pas. Je vais voir ça rapidement et tester pour comparer.

      Bon courage aussi pour la suite, et tu verra on arrive à prendre le dessus, ne te décourage pas !

      Répondre

  11. Samsuffit

    27/07/13 at 22:20

    Bonjour,
    Je pense que tu parles du zenalia laboratoire Boiron et non Xenalia ?!

    Cdlt

    Répondre

  12. Clémence

    28/07/13 at 19:47

    Oops oui c’est ça, Zenalia 🙂

    Répondre

  13. Clémence

    28/07/13 at 21:37

    Ouiiii ! Je connais xenalia également !…
    Ravie d’apprendre qu’une autre Clémence, également de 21 ans a pu voir sa claustrophobie disparaître !… En espérant qu’il en sera de même pour moi ! 🙂
    Bise!!

    Répondre

    • Clémence

      28/07/13 at 21:38

      Zenalia***

      Répondre

      • Clémence

        29/07/13 at 19:32

        Plein de courage en tout cas!! 🙂

        Répondre

  14. Xav

    01/08/13 at 08:43

    Bonjour à tous. Et félicitations et merci à mon homonyme, Xavier, d’avoir écrit cet article! Je fais très rarement des commentaires sur internet mais là, j’ai vraiment envie de partager mon expérience.

    Je me décrirais comme légèrement claustrophobique depuis environ 10 ans, avec des hauts et des bas (durant les bonnes périodes cela peut quasiment disparaitre). Ma claustrophobie a été déclenchée par une période de petite dépression / choc émotionnel conjugué à une prise de Lariam (médicament anti-malaria qui a des effets secondaires terribles et ne devrait plus être en vente du tout à mon avis: il déclenche chez un très grand nombre de gens des crises de panique et dépression, qui s’aggravent avec la quantité de Lariam pris).

    Ma claustrophobie est la plus forte en avion, mais se manifeste aussi en ascenceur, train, voiture ou bus bondé et sur parcours embouteillé. Bref: des situations semblable à toutes les descriptions ci-dessus. En pratique, en avion, j’ai une montée d’angoisse un peu avant le décollage et en début de vol, avec pression dans la poitrine, impression de manquer d’air, et pensées négatives.

    Les facteurs aggravants sont: longeur du vol, fatigue et stress au moment de partir, présence de mes 2 petits enfants que j’adore mais qui sont bien sûr un peu turbulent en avion – ce qui crée donc une situation stressante supplémentaire que je dois gérer pendant le vol avec ma femme.

    Malgré cela, comme Xavier, je prend plusieurs vols par an de plus de 12 heures (Séoul-Paris par exemple) et j’y survis bien sûr.

    Les techniques décrites par Xavier et d’autres contributeurs sont celles que j’utilise pour gérer et diminuer ma claustrophobie. J’en fait la liste ci-après:
    – plusieurs jours avant le vol: bien se reposer, faire du yoga et du sport, ne pas trop manger ou boire d’alcool, préparer ses baggages calmemeent et en avance – tout ceci ayant pour objectif de diminuer la fatigue et le stress au moment du vol;
    – éventuellement prendre des granules homéopathiques pour le stress et l’angoisse (j’utilise Ignatia) avant et pendant le vol ; même si je n’en prend pas, les avoir sur moi dans mon sac pendant le vol me rassure et est positif
    – respiration profonde ventrale/yogique (comme décrit par Xavier) quand l’angoisse monte
    – j’essaye également de dormir au moment du décollage ou après
    – pratique de la pensée positive (essayer de penser / visualiser des choses ou perspectives positives que j’aime et les développer)
    – j’aime écrire mes sentiment, idées ou projet et je le fais en sortant une feuille de paper ou un carnet et mon stylo
    – je bois de l’eau froide et utilise aussi la ventilation et l’air froid au dessus de mon siège
    – su je peux prendre une place business je le fais bien sûr, quand c’est payé par mon employeur (plus de place!).

    Tout ceci m’aide à surmonter mon angoisse claustophobique et éviter qu’elle monte. J’arrive rarement à éviter une petite montée d’angoisse en début de vol mais arrive toujours à la maitriser à ce moment là et ensuite, si je me calme et dors même un peu (ne serait-ce quelques minutes), alors c’est bon, l’angoisse est vaincue pour tout le vol. Et je vais alors m’occuper positivement durant le les heures de temps de vol qui restent (lecture, écriture, petits sommes, regarder un film, etc).

    Voilà, désolé pour la longueur de ma contribution mais je voulais vraiment essayer de partager au maximum. Je dois moi-même prendre un vol de 15 heures (avec changement) dans 2 jours et le stress montait un peu depuis quelques temps même si je fais ça régulièrement. Lire cet article m’a fait du bien. Donc je voulais rendre l’appareil à tous les contrbiteurs 😉

    Dernière pensée: je pense que la claustrophobie s’accroit et nous vainct quand on la laisse prendre le dessus – par exemple en arrêtant de prendre l’avion. Donc mon conseil est de travailler dessus en utilisant les trucs ci-dessus (voire en faisant un traitement psychologique de fond) et de continuer à prendre l’avion. A mon avis, plus on réussit un grand nombre de fois à vaincre ou maîtriser le claustrophobie en avion, plus on se rassure, plus elle diminue avec le temps – à condition peut-être aussi d’avoir une vie équilibrée et positive également par ailleurs. Donc oui, il faut accepter que ça nous arrive, mais non, ce n’est pas un fatalité: la claustrophobie peut diminuer voire disparaitre totalement.

    Bon courage à tous et bon vol! Je suis pour ma part déjà beaucoup plus serein à l’idée de mon vol de ce dimanche après avoir écrit cette contribution. Voyez, comme je vous l’ai dit, écrire pour moi est aussi une thérapie. Peut-être parce que j’écris sur comment reprendre le contrôle et que, ce faisant, je me rend compte qu’il est vraiment possible de reprendre le contrôle, ce qui déclanche à son tour un cercle vertueux (et on pas vicieux) de pensée positive!

    Répondre

    • Xavier

      19/09/13 at 14:06

      Bonjour Xavier et merci pour ta contribution.

      C’est un réel plaisir de voir quelqu’un partager autant son expérience avec les autres.

      Je suis tout à fait d’accord avec tout ce que tu dis, et oui on peut y arriver (et nous en sommes la preuve).
      J’insiste et reviens sur ce que tu confirmes toi aussi : plus on maîtrise cet état, plus on s’en sort par la suite.
      Il faut vraiment se dire qu’on peut rentrer dans un cercle positif.

      Chaque étape réalisée rend la suivante un peu moins difficile.

      Merci pour toutes tes astuces aussi et d’avoir pris le temps de partager avec nous tout ça.

      Bon courage et bons vols.

      Répondre

  15. cohen

    19/08/13 at 12:14

    Bonjour
    J’ai lu attentivement tes conseils car je me suis rendu compte que lors de mon dernier voyage en Mai ,un vol de 4h30 ,j’ai paniquer en faisant de la claustrophobie au bout de 1 h de vol et franchement le temps restant m’a été tres désagréable.
    Je dois repartir dans 2 jours et je n’arrive pas a confirmer mon vol,cela fait 2 fois que je repousse ,car j’ai peur d’avoir la meme crise de panique et que cette fois je serai seul ,je ne sais vraiment quoi faire et je pense meme annuler mon voyage ,je ne me sent pas capable de surmonter encore une fois cette sensation d’etouffement ,le coeur qui bat a 200 ,du mal a respirer….l horreur rien qu’a y penser !!!

    Répondre

    • Xavier

      19/09/13 at 14:07

      Hello,
      je suis navré d’apprendre que c’est difficile pour toi.

      Mais dis nous comment s’est passé ton vol stp.

      Répondre

  16. Laure

    02/09/13 at 00:25

    Bonsoir,
    J’ai lu avec attention ton blog et cela me plait de voir que je ne suis pas la seule dans ce cas devenu si « handicapant » pour ma part…

    En effet, comme toi j’ai toujours été un peu claustrophobe, et plus ça va…et moins ça va!!! lol

    Sauf que dans 10 jours je pars aux Etats Unis, direction San Francisco (je suis parisienne), donc facile 12h de vol…

    Sauf que j’ai un petit souci lié à la claustrophobie, du moins, je pense étroitement lié…je suis un peu agoraphobe sur les bords.

    Et cette agoraphobie fait que j’ai peur du regard des gens. Lorsque je fais un malaise, que je suis malade ou quoi, je me soucie toujours malheureusement du regard porté par les autres sur moi…

    Du coup, claustrophobie n’aidant pas, je me retrouve dans ce fameux cercle viscieux…J’ai peur de monter, d’etre entourée de plein d’inconnus, donc je m’angoisse à l’avance, dans l’avion je peux m’en rendre malade, mais si je suis malade et que tout le monde me regarde, je devrai subir leur regard? je serai encore plus mal? et les turbulences, je vais les supporter???

    Vous voyez le genre…

    Alors je vous avoue que j’angoisse énormément déjà A L’IDEE d’y etre…

    D’autant que moi ça doit faire 5-6 ans que je n’ai pas pris l’avion et que depuis ce lapse de temps, les « symptômes » s’empirent… J’en ai tellement assez si vous saviez… ras le bol de passer pour une anormale et de ne pas etre comme tous ces gens que je vois « oh moi j’adore l’avion!!! j’angoisse paaaaaas!!! etc etc »… je les hais. MDR je plaisante

    bref, help…

    merci, Laure

    Répondre

    • Xavier

      19/09/13 at 14:13

      Bonjour Laure,
      j’espère que ton vol c’est bien passé et que tu profites de ton séjour.

      Et surtout si je peux me permettre un petit conseil. Essaies de ne pas prendre en compte le stress supplémentaire que tu te crée. Tu t’en moques de ce que penses les gens.
      Et pour te permettre de relativiser, saches que selon des études officiels, 20% des voyageurs en avion auraient peur.
      Pas forcément claustrophobes, mais tous ont des peurs. Et ils représentent 20% des personnes autour de toi.
      Alors regardes dans l’avion tes voisins, et dis toi que 1 voyageur sur 5 autour de toi a une certaine peur en avion.
      Donc dans un avion long courrier, tu as une personne comme toi par rangées de sièges 😉

      Bon courage pour le vol retour si tu n’es pas encore rentrée.

      Répondre

  17. Richard

    12/10/13 at 10:51

    J’ai beaucoup apprécié ton témoignage, j’en ai même ri car j’ai éprouvé ce que tu décris. je pense qu’en rire est peut être la meilleure des choses.
    Professionnellement je suis amener à prendre l’avion, je n’ai pas le choix … Curieusement, je ne suis pas gêné par « l’effet tunnel », au contraire c’est pour moi l’endroit où l’on a un peu l’impression d’espace. Par contre ce n’est pas l’impression que j’ai lorsque je suis devant … Comme quoi, chacun a sa façon de ressentir sa claustrophobie.
    La première fois où j’ai ressenti ça, j’étais dans une période de grand stress professionnel, je ne l’ai pas vu venir …
    Mais ce qui est important, c’est que comme tu le dis on peut continuer à prendre l’avion même si l’on est plus ou moins claustro. On connait de mieux en mieux les manifestations corporelles et psychiques et on développe nos petits trucs. De toute façon à chaque fois que l’on atterri, on se dit « c’est quand même dingue de se mettre dans des états pareils … ». Merci Xavier.

    Répondre

  18. KARIMA

    17/10/13 at 00:22

    Merci beaucoup Xavier …
    Je prends l’avion la semaine prochaine et rien qu’en l’écrivant, je suis en panique … Les mains qui coulent, le coeur qui s’emballe, la sensation de manque d’air et le reste ….
    Je vous donnerai des nouvelles dans trois semaines …
    Encore Merci Xavier …

    Répondre

  19. Alexandre

    28/10/13 at 15:34

    Bonjour a tous et merci a Xavier pour avoir lancer cet echange sur nos peurs, la claustrophobie et l’avion.

    Je souhaite intervenir dans cette serie de temoignages pour apporter ma pierre a l’edifice et amener des idees positives.

    J’ai toujours eu peur de l’avion (angoisse) mais la phobie (crise de panique) ne m’est apparue que tres recemment et suite a une longue periode sans prendre l’avion. Elle s’est declenchee au clic de fermeture des portes de l’avion lors de mon voyage de noce avec ma femme. Il s’agissait du voyage aller. Et notre voyage, se composant encore de 2 autres avions a prendre, allait devenir rapidement un enfer. Je me suis dis que c’était mon voyage de noce et que cette peure ne pouvait pas la gacher. J’ai donc du l’affronte et pour se faire, j’ai essaye de reflechir au probleme et de trouver une solution pour reprendre l’avion : chose que j’ai pu faire au final et les 2 fois donc. Sans crise, mais avec toujours de l’angoisse bien sur.

    2 mois ce sont ecoules et je suis en train de preparer un prochain deplacement professionnel dans 3 jours. Et l’idee de se deplacement a commencer a me faire paniquer a nouveau. D’ou l’atterrisage sur ce site ;-)!

    Et en lisant vos commentaires, je me suis rememore ce a quoi j’avais pense afin de pouvoir continuer mon voyage de noce a peu prêt normalement. Et en y repensant, je sens que mon angoisse diminue. Je veux donc ecrire et que cela reste. Je veux que cette reflexion et methode soit ancrer dans mon esprit et je souhaite aussi vous la partager. Peut etre que cela pourra vous aider. En tout cas, j’aimerai avoir vos temoignages et idees pour l’ameliorer…ou pourquoi pas en proposer une autre plus efficace.

    Bref, attachez votre ceinture et preparez vous pour le decollage… :-)!

    2. Quelque chose de casser.
    Avec la 1ere crise de panique(je ne parle pas ici de l’angoisse liée a l’avion encore une fois), il y a donc quelque chose qui s’est casse en moi. J’ai perdu le contrôle. J’ai perdu le contrôle de ma « petite voie » a l’interieur de moi meme…et c’est ca qui ma panique je pense. L’angoisse continue de monter et cette voie, qui jusqu’ici m’avait toujours aide, s’est transformee en pire ennemi qui m’ordonne de « sortir d’ici et tout de suite avant de mourir !!!! ».

    Quelque chose en moi a donc change et avec ma CONFIANCE EN MOI MEME et ma capacite a me controler. Et je ne voudrais SURTOUT pas que cette envie « folle » (y’a pas d’autre mot) de sortir prendre l’air m’arrive a 10 000m d’altitude! Je ne suis pas professionnel de saut en parachute et vous?!

    J’ai remarque aussi que la duree du vol n’a donc pas tellement d’importance finalement. J’ai peur d’etre enfermes. C’est tout. La duree accentue la peur de devoir surmonter mon angoisse pendant plus de temps. Et c’est une angoisse bien legitime d’ailleurs ! Souffrir pendant 12 heures c’est vraiment un cauchemar, tellement que l’on songerait simplement a arrete notre plaisir de voyager.

    3. « N’ayons pas peur d’appeller un chat – un chat » !
    J’ai donc peur d’etre enfermes. Et cela porte un mot : la claustrophobie. L’angoisse (comme la peur des turbulences en avion) peuvent etre controlees (meme si mes mains sont trempees) mais la crise de panique ne peut pas se controller. Nous parlons donc de crise et il s’agit dans mon cas de claustrophobie.
    Et donc c’est ici pour moi que la 1ere etape vers la reconquete de notre confiance en nous : il est important d’abord accepter ces peurs et de se considerer comme malade « psychique » (dans notre tete). Etre malade « de la tete » ne doit pas etre tabou. Au contraire, c’est vraiment prendre conscience du probleme afin d’y faire face au plus tot…et d’accepter de trouver des solutions. Et c’est donc faire preuve de courage et etre positif en recherchant une solution. Vous-même a la lecture de ces articles ne ressentez vous pas une legere amelioration de votre angoisse ? Cette amelioration est bien la preuve qu’il existe une solution possible (en tout cas de reduire cette peure).

    4. S’enfuire encore.. et jusqu’ou va s’arreter le sacrifice de notre vie?
    Les temoignages precedent parlent d’aggravation. Je l’expliquerai par l’ amenuisement de notre courage a reprendre le dessus au fil des crises. L’avion, le bus, le metro…jusqu’à la voiture ? Mais, combien de notre liberte, de joie, de plaisir sommes nous prêt a abandonner a cause des ces peurs ?
    Ou alors, pensez vous, comme moi, que le jeu en vaille la chandelle et qu’il grand temps de se mettre ne position de combat ? Si vous etes encore la je pense que je connais déjà votre intention… !

    5. Un vrai combat.
    Pendant le voyage, je dois lutter contre des attaques d’angoisses incessantes: les turbulences , le decollage, l’embarquement…pire, le moment ou se ferme les portes ! Mais, qu’en est il de la preparation du voyage ? Idem, rien que l’idee de se retrouver dans l’avion m’angoisse. Y’ des gens qui parlent meme d’angoisse des mois avant !
    C’est donc une lutte. Il faut etre clair et contre soir meme. Donc, faut il fuir et repousser au dernier moment cette lutte et crosier les doigts en esperant que nos peurs aient disparu a notre arrivee dans l’avion ? Ou alors developper l’esprit du combattant et « bagarreur »? si vous avez besoin de motivation relisez le point ci-dessus.

    6. Le combat : Vos armes, tactiques et strategie de combat.
    LES ARMES
    Imaginer que vous etes dans cet avion et que ressentez vous ? l’angoisse ? oui et plus precisemment ? Les idees qui se brouillent, les mains mouillees, le souffle court, le sentiment d’etouffer, l’envie de partir tout de suite…la crise de panique.
    Mais la crise a eu lieu car d’abord vous avez perdu le contrôle. Et la raison pour laquelle vous avez perdu le contrôle est parce que vous avez tout simplement arrete de RESPIRER.
    Votre arme numero est 1 est donc de se RELAXER et donc de bien RESIPIRER.

    Vous auriez pu evite la perte de contrôle si vous aviez pu anticiper et endiguer la montee d’angoisse et d’adrenaline qui l’a accompagne.
    Votre arme numero 2 est donc d’ECOUTER VOTRE CORPS (au lieu de refouler vos sensations meme si celle-ci sont pas agreables. J’y reviendrais).

    Enfin, pour reprendre/garder le contrôle, il faut accompagner la RELAXATION par des IDEES POSITIVES. C’est votre arme numero 3.

    Ecoutez votre corps…et donc aidez le a se RELAXER lorsque celui se tend (angoisse) et avant que celui n’atteigne la limite (la crise). Vous pouvez le faire ! C’est SIMPLE, il vous suffit de :
    > RESPIRER…eu lieu de retenir votre souffle ! Tres Profondement (doucement) par le nez et puis relacher par la bouche lentement (comme pour faire de la buee sur une vitre). Concentrez vous sur l’angoisse et sur les sensations…et vous ressentirez alors que vous etes capable de contenir la montee d’angoisse avec votre respiration. N’attendez pas !

    > PENSEE POSITIVE : Fermer les yeux et penser a des choses plaisantes (vous etes au bord de la mer …) Et si cela ne suffit pas, je pense aux raisons pour lesquelles je ne dois pas succomber (a la panique):
    – Je sais que si je ne le contrôle pas, si je ne dis pas STOP tout de suite, je sais que je vais avoir une crise de panique et ce sera trop tard…et ca va etre horrible!
    – J’ai envie de combattre ses peurs car je veux etre libre. Je veux aussi pouvoir profiter de l’avion pour voyager avec ma femme, ma famille, pour suivre ma carriere profesionnelle etc.
    – Si je fuis maintenant, le mal ne va qu’empirer et rendre ma vie pire encore. Ce sera une nouvelle defaite dans ce combat.

    LA TACTIQUE :
    La respiration aura pour effet de stopper la monter de l’angoisse (reprise de contrôle). Les pensees positives doivent servir a se changer les idees (eviter le cercle vicieux jusqu’à la crise) ou a se redonner le courage pour reprendre le contrôle face a la monter d’adrenaline et de l’angoisse.

    Et c’est ici que ce joue, je pense, la partie et cette bataille : dans la capacite a endiguer cette peure . Si nous attendons d’etre dans l’avion pour nous confronter a nos peurs alors le flot d’adrenaline et d’angoisse est trop fort pour etre contrôle meme si on respire a fond…ou alors ca sera au prix de tres grand efforts.
    Aussi, pourquoi ne pas le faire plus en douceur et uniquement en cas de besoin ?

    LA STRATEGIE : la preparation du combat et du jour « J » :
    Je pense que pour etre prêt le jour « J », il est necessaire de passer par une phase de preparation que je couperai en deux :
    D’abord le conditionnement : maitrise des techniques et des armes, comprehesion des declencheurs de la peure, ex :les portes se ferment et mise en situation par l’imagination. Prendre le contrôle de son angoisse. Je suis a la maison dans un environnement calme et je suis serein. Je suis dans de bonne disposition pour commencer a reprendre le contrôle et a m’entrainer a utiliser mes armes.

    Puis, ensuite par une phase d’eveil : a l’ecoute constante des sensations et de mes angoisses. Je degaine mes armes en cas d’alerte et des que je sens que celle ci tente de prendre le controle.

    En quelque sorte, c’est un entrainement a reprendre confiance en soi et sa capacite a pouvoir se detendre et a se calmer si besoin est.

    Cette methode peut vous permettre donc de passer plus sereinement les jours qui vous separent du decollage mais aussi une fois dans l’avion, vous serez, je pense, plus detendu et confiant car vous saurez :
    – A quel moment votre angoisse risque d’augmenter car vous en connaissant les declencheurs.
    – Et quoi faire au cas ou la panique arrive.
    – Et que vous étes capable de vous calmer seul.

    Ce travail de conditionnement n’est pas permanent rassurez vous car avec la reprise du contrôle de vos emotions vous oublierez tout simplement votre angoisse. Mais prenez garde à la prochaine attaque !

    Alors, ne baissez pas votre garde. Restez a l’ecoute et faites face car vous le pouvez ! Faites vous confiance car avec de la pratique, vous verrez que arriverez a controller les crises et donc a en reduire leur frequence puisque vous avez de nouveau confiance en vous.

    Une bonne facon de se jetter dans le bain (lors du 1er vol par example) pourait etre d’acheter des pillules pour se relaxer mais de ne pas les prendre. Jouer le jeu. Tentez le combat. Ces pillules sont la uniquement si vous etes en crise et vous avez besoin d’aide. La seule et unique solution est en vous (et non les pillules !!). C’est ma convication et celle que je veux vous donner a travers ces lignes.

    Enfin, je pense que nous avons aussi tous differents niveaux de peurs et peut etre que pour certain (peut etre moi meme, si cette methode ne fonctionne pas) qu’il faille un accompagnement par un specialiste. Il semblerait que la TCC soit une bonne option. Je vous invite donc a lire cet article comme commencement dans vos recherches : http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9rapie_cognitive

    Bou courage a tous et bon vol !

    Amicalement.

    Alexandre.
    Ps : mille excuses pour les accents et pour mon francais approximatif…. Mais je tappe en QWERTY et je parle Français avec des bagettes ; -) ! J’habite en Chine depuis 5 ans !.

    Répondre

  20. Marion

    29/10/13 at 10:45

    J’ai découvert ma claustrophobie très récemment , lors d’une fête foraine. Il y avait un stand avec une piscine (50 cm d’eau) et des boules transparentes avec des gens dedans qui se baladaient sur l’eau… Ils appelaient ça « boules de hamster ». J’ai voulu essayer. J’ai tenu 2 min, ça m’a paru une éternité ! Le gérant commençait a gonfler la boule dans laquelle j’étais et la fermer hermétiquement. Ensuite m’a poussé dans l’eau. Mon sourire s’est figé, mon copain dans une autre boule n’a pu rien faire personne ne nous entendait. J’ai stressé, paniqué et pleuré et enfin on m’a vu.
    Après en avoir parlé, je sais d’où me vient cette phobie (mon père me bloquait sous les draps quand j’étais plus petite, mon frère m’enfermait dans les placards, simplement pour jouer !).
    J’ai récemment pris l’avion pour 40 min de vol (Réunion – Maurice) et pris d’une crise. 3 jours de vacances et l’anxiété de retourner chez moi pendant ces 3 jours. Pas de panique je suis rentrée Grace au Sudoku ahah
    J’appréhende un voyage futur vers la Métropole (12 heures de vol). Je vais tenter ces méthodes !
    Merci pour cet article !

    Marion – 19 ans – La Réunion

    Répondre

    • Xavier Berthier

      03/01/14 at 16:55

      Oui je connais, enfin j’ai déjà vu. Hors de question d’aller là dedans 😉
      Car rien qu’en lisant ce que tu écris, je ressens presque les mêmes sensations !

      Alors ton vol vers la métropole, qu’est ce que ça a donné ?

      Merci Marion pour ton témoignage.

      Répondre

  21. stéphanie

    02/01/14 at 20:02

    bonjour,je suis moi aussi claustrophobe depuis maintenant 10 ans et j’avoue que ça ne s’arrange pas du tout avec les années.Je me ballade donc en scooter et en vélo à Paris mais le risque est que je ne me confronte plus du tout à ma phobie.Je prend le train 1 fois par mois ,ça allait plus ou moins bien mais maintenant quand la porte se ferme ,j’ai de véritables crises de panique et je dois me concentrer tout le trajet pour ne pas redéclencher des crises.Ce que j’ai peur surtout ,c’est de m’évanouir .C’est ce qui m’effrai le plus.

    Je pratique moi aussi la respiration pour atténuer mes crises.

    Je suis heureuse de savoir que je ne suis pas la seule .Quelqu’un s’est il déjà évanouit aprés une crise de panique?

    merci pour vos encouragements et vos témoignages.

    Stéphanie

    Répondre

    • Alex

      02/01/14 at 23:32

      Non on ne peut pas mourir d une crise de Panique. Pas de souci. La claustrophobie est très certainement liée à des problèmes plus généraux comme des moments très stressants dans la vie et sans la capacité de pouvoir évacuer la pression.
      Je te conseillerai de voir un psy pour travailler sur ton équilibre interne et trouver des réponses à tes angoisses, de travailler sur la relaxation et sur des techniques de respirations. L idée est de savoir COMMENT reprendre le contrôle avant que la crise éclate et de te convaincre qu en fait il peut être facile de voyager…et au cas ou avoir une boîte de Xanax ou autre en cas de crise ça peut aider pour sécuriser.
      Bon courage. C est un moment difficile a passer…mais il faudra bien affronter ces lieux qui font si peur.

      Répondre

    • Xavier Berthier

      03/01/14 at 16:59

      Je crois que le métro est une de nos plus grandes angoisses, non ?
      Car resté bloqué pendant des heures…

      Mais ça doit être difficile de vivre à Paris sans métro et pas marrant l’hiver j’imagine !

      Et pour répondre à ta question, je ne me suis jamais évanouie avec une crise. Je ne me vois vraiment pas. C’est plutôt l’inverse avec l’énervement ! Si je suis évanouir c’est qu’une hôtesse ou un passager m’a assommé ! 😉

      Merci aussi pour ton témoignage Stéphanie.

      Répondre

  22. Greg

    03/01/14 at 07:49

    Bonjour à tous!
    J’avais posté un commentaire il y a qq temps ici. J’ai été voir une sophrologue et depuis ma vie a changé!!! On a fait le tour de ma vie et trouvé d’où venait mes problèmes. Tout était lié à un deuil familial survenu il y a 18 ans. J’ai du faire le deuil et apprendre bcp de choses sur moi même. Depuis je prends l’avion, tous les transports en commun et je ne stresse plus, plus de crise de panique plus rien! Je revis les amis 🙂
    Bonne année à vous tous

    Répondre

    • Xavier Berthier

      03/01/14 at 17:08

      Merci Greg pour ton témoignage de nouveau. Je pense que cela peut vraiment être bénéfique pour beaucoup.

      Pendant combien de temps as tu fais des séances ?

      Je suis vraiment ravi que tu as eu le courage de faire cette démarche et surtout que ça a fonctionné !
      Bravo

      Voilà une année qui commence bien. Bonne année aussi 😉

      Répondre

  23. […] http://4coinsdumonde.com/  Xavier et Florence proposent un blog plus axé sur les voyages un peu plus luxueux. Un autre monde, mais pas tant que cela quand on y pense. Alors pourquoi ne pas y jeter un œil ? Et puis ils ont toute une série de conseils très utiles, comme leur article sur le voyage en avion pour les claustrophobes. http://4coinsdumonde.com/organiser-son-voyage/transports/avion-claustrophobe/ […]

    Répondre

  24. Greg

    03/01/14 at 18:32

    J’ai fait ma 1ère séance fin septembre car ça ne pouvait plus durer, je ne vivais plus normalement pour moi. Un cercle vicieux! Je la voyais tous les 15j jusqu’à mi décembre. Là je la vois 1 fois par mois pour être encore mieux. Elle m’a dit encore qq séances et je serai fin prêt. Par contre je ferai encore des crises, ça ne se guérit pas à vrai dire, mais je bosse pour « l’adopter ». Et depuis tout va mieux comme je le disais précédemment

    Répondre

    • Xavier Berthier

      18/01/14 at 18:01

      Merci de ton retour. Il faudrait peut être que je regarde ce sujet plus sérieusement.

      Répondre

  25. stéphanie

    03/01/14 at 20:55

    merci pour vos réponses à tous et vos encouragements.Stéphanie

    Répondre

  26. Xavier Berthier

    18/01/14 at 18:03

    Les voyages de l’année 2014 sont déjà programmé. « Quelques » heures de vols en perspective !

    http://4coinsdumonde.com/entre-deux-voyages/nos-voyages-en-2014/

    Répondre

  27. Marie

    25/01/14 at 00:58

    Bonsoir Xavier et merci beaucoup pour cet article !
    Je prends l’avion fin février pour aller à Cuba. J’ai pris l’avion quand j’avais environ 6 ans et je n’ai plus vraiment de souvenirs.. Donc j’appréhende énormément ce voyage à Cuba! Depuis des mois je n’arrête pas de penser au voyage. Mais ma plus grande peur, c’est celle de ne plus pouvoir supporter d’être enfermée pendant des heures et des heures dans l’avion en me disant que je ne peux pas prendre l’air ou sortir si je le veux. Le voyage approche et je ne me sens pas du tout capable de monter dans l’avion, d’être à l’étroit, de ne plus pouvoir bouger et d’être enfermée! Si quelqu’un pouvez me donner des conseils pour vaincre cette peur? Et si vous avez également des médicaments qui font vraiment effet à me conseiller?
    Merci beaucoup !

    Répondre

    • Xavier Berthier

      05/02/14 at 21:20

      Bonjour Marie,

      merci pour ton témoignage et pour ton petit mot.

      Pour les conseils, à part ceux que je donne personnellement je ne vois pas. Pour les médicaments, seul un médecin pourra t’aider pour te prescrire ce qui te correspond le mieux.
      Dans le doute, même si c’est pour prendre de l’homéopathique, vas voir ton médecin. Mieux vaut dépenser 30 euros dans une consultation que de prendre un mauvais dosage et passer des vacances pourries !

      Bon courage à toi pour ton vol (comme je disais à Fabienne, on part fin février à Miami, alors ne t’inquiètes pas, tu n’es pas la seuls à partir loin).

      Bon vol, et je suis certain que tu vas y arriver.

      Répondre

    • Xavier Berthier

      15/03/14 at 00:06

      Bonjour Marie,

      alors ce vol vers Cuba ?

      Répondre

  28. Fabienne

    02/02/14 at 10:53

    Bonjour Xavier,

    Tout d’abord, je te remercie pour ton témoignage. Cela me donne de l’espoir…

    Je suis claustro depuis des années et comme tout le monde le dit, avec le temps ça ne s’arrange pas.

    Les voyages en avion et en voiture ( à l’arrière des petites voitures 3 portes)étaient un vrai calvaire… Mais maintenant même les salles d’embarquement, les centres commerciaux, les salles de spectacles etc, me stressent. Plus, il y a foule et plus la panique est grande. J’ai l’impression de manquer d’air… c’est horrible !!!

    Je dois faire un voyage Réunion/Paris (11 heures de vol) fin février, le retour en mars et je suis déjà angoissée à l’idée d’être enfermée.

    On m’a conseillée l’hypnose. J’aimerais savoir, si parmi vous, quelqu’un a essayé cette méthode.

    Je vous remercie pour tous ces conseils que j’essaierai de mettre en pratique bientôt.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      05/02/14 at 21:05

      Merci Fabienne !
      C’est « marrant », ça me fait la même chose à l’arrière de certaines voitures…
      Je n’ai pas essayé l’hypnose je serai curieux de voir si quelqu’un a essayé moi aussi.

      Bon courage pour ton vol !
      Fin février, nous on part à Miami, 11 heures de vols je crois.

      Répondre

      • Fabienne

        06/02/14 at 11:10

        Bonjour Xavier,

        Aujourd’hui, j’ai rencontré un hypnotiseur. Cette première séance consistait à faire connaissance afin de définir la technique à adopter lors des prochaines séances(car il y a plusieurs techniques en hypnose d’après ce que j’ai compris lol).

        Le feeling est bien passé donc j’ai décidé de continuer.

        4 séances ont été fixées avant mon départ. Je vous tiendrai informer de l’évolution de ma « guérison ».

        A bientôt. Et… bon voyage pour M.I.A.M.I. !!!

        Répondre

        • Xavier Berthier

          17/02/14 at 09:27

          Bonjour Fabienne,

          oui merci je veux bien connaitre la suite. Car même si j’arrive à voyager, je ne serais pas contre d’éliminer « le mal » une bonne fois pour toute.

          Répondre

  29. Florian

    09/02/14 at 13:07

    Bonjour à tous et merci à toi Xavier d’avoir pu mettre à disposition un lieu de parole et d’échange d’informations pour les gens comme nous.

    Me concernant, angoisse du métro, angoisse de l’ascenseur, angoisse de la voiture… et ma plus grande crainte celle de l’avion. Je parle de craintes car je n’ai jamais réussit à passer le cap d’acheter un billet d’avion de toute ma vie. Alors je ne vous raconte pas l’appréhension que j’ai. Malheureusement pour moi, non plutôt heureusement pour moi, j’ai un compagnon un peu GlobeTrotter… Après 1 an et demi d’attente de sa part, il ne me laisse plus trop le choix: en 2014 on doit faire un voyage en avion. Je me dis que j’ai le temps de me préparer à cette grosse étape et dans les prémices de ma préparation je suis tombé sur ton blog; qui, il est vrai, m’a redonné un peu espoir.

    Sinon 7 ans que mes crises sont là… elles sont périodiques et à chaque période critique je recule au bout du compte sur un de mes plaisirs: celui de conduire (j’adorais ça avant), celui de pouvoir aller se faire un ciné en amoureux, celui de me retrouver dans la foule en plein concert… 7 ans où j’ai pu tenter psychiatre, psychologue, magnétiseur, apucompture… jusqu’à aujourd’hui où j’ai commencé la sophrologie depuis 1 petit mois. Au lecture des commentaires, j’aurai du commencer par là je pense, cela m’aurait éviter de galérer pendant 7 ans. Et puis il y a aussi cette peur du regard de l’autre qui est apparu il y a quelques années. Ce qui n’arrange en rien les choses.

    Comme l’a dit un « autre » Xavier plus haut, après la première crise de panique quelque chose se casse en soi: notre confiance ne nous même. Vais-je être assez fort pour surmonter cela ? Parfois on gagne, d’autres fois on perd. Dois-je pour autant arrêter de combattre. Bref j’ai fait le choix en 2014 de combattre et de regagner tout ce que j’avais pu perdre comme plaisirs ces 7 dernières années et le fait de voir que l’on est pas seul « dans cette galère » sécurise et m’a donné un regain de courage.

    J’essaierai de vous faire profiter de certaines techniques de respirations apprises lors de mes séances de sophrologie comme cela vous pourrez vous entrainez tranquillement chez vous et pourquoi utilisez celle qui conviendra le mieux en période de pré-crise.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      17/02/14 at 09:40

      Merci Florian pour pour message.
      Je suis ravi que cet article puisse regrouper « les gens comme nous » et si on arrive à en aider quelque uns ça serait génial.

      Et surtout, bravo d’avoir le courage de faire le grand saut.

      Avant un long voyage, essaie une destination pas trop loin comme Londres par exemple. Ca te permettra de ne pas focaliser sur un vol de 7 ou 11 heures qui peuvent être encore source d’angoisse.

      Répondre

  30. Alex

    09/02/14 at 16:40

    Encore merci Xavier pour ton courage et ta volonte…tu montres la voie a beaucoup de monde. Malgre, cette phobie de l’avion, je viens de faire en 2 mois Shanghai Paris (13h) + Lyon Barcelone + Paris Pekin (10h) + Pekin Shanghai.

    Il est donc possible d’etre (claustro)phobique de l’avion et de pouvoir voyager quand meme. Oui, c’est clair que ca serait beaucoup mieux sans l’angoisse qui nous accompagne de la preparation jusqu’au decollage (voir pendant le vol mais c’est rare avouez le!!) Mais on peut faire avec. Donc ne lachez pas!

    C’est difficile, douleureux mais c’est possible. Et je pense que les choses vont en s’arrangeant d’une certaine facon. Il y a des reculs parfois quand ca veut ne pas bien se passer mais je pense qu’a chaque vol l’on n y gagne quand meme en experience et donc en confiance en soi. Arretez de pratiquer c’est sur que la ca complique vraiment la guerison.

    Pour la guerison, j’espere que ces commentaires vous aideront:
    > De la motivation (mon travail m’impose de voyager et en long courrier). Ne plus voire le monde en est une autre aussi…
    > De l’aide :
    – Hypnose : l’hypnose et l’hypnotherapeute permet de pratiquer les techniques respiratoires, d’apprendre a se calmer (rester centrer) et aussi a desarmer son inconscient (la ou est cachee notre phobie). Avec mon therapeute nous avons travaille sur la claustrophobie et sur aussi reprendre le gout du voyage…bref de positiver.
    Je conseillerai de faire des seances espacees : 1 par semaine avec des exercices perso au milieu. 2 a 4 seances doivent suffire.
    Remarque: je parle de l’hyponse mais il existe plus d’une 10aines de facon de se soigner. Apres ca depend du temps, de l’argent, de vous meme etc.

    – Medicaments : leger anti depresseur (pas de dependance) pour remonter le taux de serotonine (neuro transmetteur) dans le cerveau et ameliorer les pensees (surtout recuperer une capacite a se raisonner),
    Anxiolitics (a prendre avant de monter dans l’avion, juste avant + 1 autre si besoin jusqu’au decollage). Ensuite, perso,une fois en route…l’angoisse disparait la plupart du temps. Et si elle commence a pointer le bout de son nez, je ne m’affole pas : je l’observe, la controle et je l’accompagne a quitter mon corps (1 ou 2 xanax peuvent aider si vraiment).
    > Comprendre et essayer de se raisonner:
    – Comprende son probleme et ne pas rester la tete dans le sac!!
    – Comprendre que c’est impossible de mourir d’une cris de panique.
    – Comprendre que l’on ne va pas devenir fou ou demander a sortir de l’avion en plein vol. J’ai fais une belle crise alors qu’il me restait encore 6 heures de vol (sans anxiolitic a ce moment la et en plein milieu de la siberie) et bien vous arriverez a un moment donne a reprendre le dessus et a vous calmer petit a petit.
    La verite est celle ci : vous etes a 10 000m et vous n’avez pas d’autre choix que d’attendre que ca passe. On va pas detourner l’avion pour vous!!

    Oui je sais…c’est l’horreur, le pire des scenarios…voyez comme votre esprit est en train de jouer contre vous! Soyez conscient de cela!! Votre esprit est en pleine confusion. Vous serez capable de vous gerer meme en pleine tempete et meme pendant 12h (c’est d’ailleurs impossible de faire une crise si longue. Au pire, ma 1ere et plus grosse crise ce fut pendant 3h…et surtout car je ne savais pas ce qui se passait a ce moment la en moi!) Vous devez garder cela en tete pour vous aider a vous calmer (peut etre qu’ici mes anti depresseurs m’aident).

    > Laisser aller.
    Ce que nous redoutons tous c’est de revivre la 1ere crise de panique celle qui nous a destabilise.
    Elle nous a destabilise car nous avons (cru) perdre nos moyens et c’est tres traumatisant.
    Mais il faut savoir que :
    Le plus souvent la 1ere crise est la plus grosse.
    Que vous avez le temps et la possibilite d’eviter d’atteindre ce niveau de la crise celle ou vous pensez perdre la raison: hypnose, pratiquer le vol, apprendre, comprendre, s’aider avec des medocs au depart ou au cas ou…
    Et…Que donc vous pouvez vous laisser aller en confiance!! Car vous avez les moyens de faire passer la crise et d’eviter l’emballement de vos pensees.

    Et au pire du pire, sans anxiolitics, maintenant que l’on sait que nous n’allons pas mourir d’une crise cardiaque ou devenir fou… vous risquez quoi? 10 a 20 minutes de sensations tres desagreables. Cela peut etre supportable ou alors faut il vraiment faire une croix definitive sur le voyage en avion??

    > Se reposer, se relaxer, etre moins stress.
    Enfin, je pense que cela est aussi une ou la raison principale de cette claustrophobie : le style de vie (alimentation, travail, sport, stress etc.)…en gros ce qu’il faut c’est une grosse dose de bonheur et de plaisir!!…et reduire la voilure pour quelque temps!!

    Vous le pouvez aussi.

    Bon courage a tous et bon vol!!

    Cordialement,

    Alexandre.

    NB: Au sujet des anxiolitics. Oui, cela peut rendre dependant mais si on en prend tous les jours pendant 2 mois!! dans le cas de l’avion, c’est ponctuel et je pense que ca vaut le coup de s’aider a franchir un certain cap. C’est plutot s’aider a mettre le pied a l’etrier mais c’est aussi se creer une bequille. Perso, avec le temps, j’espere pouvoir reprendre confiance, que mon angoisse diminuera et donc la prise d’anxiolitics avec.

    Répondre

  31. Alex

    09/02/14 at 16:51

    @Florian : je te souhaite bien du courage dans tes epreuves qui semblent quotidiennes.
    Tu peux reprendre le dessus. Il ne faut pas perdre espoir.
    Bon combat!

    Répondre

  32. Christine

    09/02/14 at 21:47

    Bonjour à toutes et à tous, je m’appelle christine et j’ai 42 ans… J’ai toujours eu peur du noir depuis petite et ne supportais pas d’être enfermé dans des espaces clos mais plus jeune il est vrai que je prenais les ascenseurs ou avions sans aucune difficulté ou crise d’angoisse… Or depuis quelques années sans aucune raison mais alors aucune il m’est apparut impossible de monter dans un ascenseur, impossible de prendre le métro ou même d’envisager déprendre l’avion… Rien qu’a l’idée de le faire je perds totalement le contrôle de moi même et tenter dans un état d’angoisse à mourir…. Mon problème ???, mon mari m’offre un voyage aux États Unis pour mimants…les billets d’avion et autre réservations sont pris depuis une semaine et depuis je ne dors plus…. J’ai cette viscérale qui me prends le ventre le souffle le cœur… Une appréhension de folie…. 12 heures de vol avec un changement…. Deux avions… Deux fois enfermé sans pouvoir ouvrir une petite fenêtre pour y trouver de l’air :::)))) Ce n’est pas l’avion ou le voyage en lui même qui me tue….. C’est le fait d’être enfermé…. Au secours !!!!!! J’ai bien lu tous les article, je les ai tous trouvé intéressant… J’ai bien pris toutes les notes sur la respiration, les pensées positives, les pilules…. J’ai partager toutes vos expériences et reconnues mes peurs a travers les vôtres….. Mais vais je y arriver ???? Après il y aura le voyage du retour ???? Et si l’aller est enfer comment envisager le retour ???? Aidez moi ……..

    Répondre

    • Alex

      10/02/14 at 09:05

      Bonjour Christine,

      Si vous avez le temps, faites vous aider d’abord : medecin pour des prescriptions medicaments + hypnoses. Je commencerai par l’hypnose 3/4 seances puis voir si il y a vraiment besoin des pillules apres.
      Je vous conseillerai aussi de planifier 1 ou 2 vols courts pour reprendre un peu confiance en vous.

      Si vous n’avez pas le temps, il faudra prendre votre courage a deux mains et essayer de vous raisonner avec des pensees positives. Et je vous dirai de vous aider avec des anxiolitics pour faire diminuer le stress, la pression pour vous sentir mieux et donc mieux vous armer pour faire ce voyage. Vous pouvez vraiment le faire. Il n’y a aucun danger. Soyez rassurer la dessus. Vous aller arriver a surmonter votre peur et une fois le decollage effectue vous serez soulagee et surtout…tres tres fiere de vous meme!! (votre voyage se realise et surtout vous avez une victoire a votre compteur face a votre peure).

      Christine, il n y a pas de miracles pour vaincre la phobie. Je ne pense pas que cela puisse disparaitre du jour au lendemain malheuresement. Donc soyez prete d’abord a accepter ce probleme et comme le dit tres bien Xavier : vous devez apprendre a devenir « pote » avec elle. C’est possible de faire avec et donc de pouvoir toujours voyager…on n’en meurt pas! c’est desagreable et contraignant mais c’est gerable.

      Commencez a reprendre pied (ce que vous dites est la parfaite illustration du « deraillement » de votre esprit)avec des methodes citees plus haut (hypnoses, sophrologie…il y en a plein! trop meme!) + deconstruisez vos pensees negatives en positives.
      Enfin, c’est reprendre de la confiance avec des vols courts par exemple et seul de preference.

      Je vous conseillerai egalement de lire le livre le Manuel du phobique et de l’anxieux pour en apprendre plus sur ce qu’il vous arrive et commencer a dedramatiser.

      Bon courage!

      Répondre

      • christine

        10/02/14 at 22:11

        Alex,
        Merci pour votre réponse et vos précieux conseils. Malheureusement je n’ai pas beaucoup de temps devant moi…. Je m’apperçois aussi que plus j’y pense et plus j’apréhende..Alors je m’efforce d’accepter cette phobie et d’en faire « mon amie »…..Je ne vous cache que c’est un combat trés fort avec moi même, mais cela vous le savez déjà…En tout cas merci pour votre soutient…et oui je vais y arriver, il n’y a pas de raison, au pire il y a les anxiolitics!!! :::)))
        (oh la je suis plutôt d’humeur positive ce soir….si elle pouvait ne plus me quitter!!!)

        Répondre

        • Alex

          11/02/14 at 14:06

          Super l’etat d’esprit Christine! Bravo!
          Je vous souhaite un tres beau voyage avec plein de decouvertes:)!

          Répondre

        • Xavier Berthier

          17/02/14 at 09:47

          Essaie de rester positive en te disant que d’autres y arrive. Concentre toi sur ça.

          Et surtout rassures toi, même pour moi qui voyage beaucoup, ça m’arrive encore et encore d’avoir des montés d’angoisse, surtout au départ.
          Et pourtant, ça passe à chaque fois.

          Donc, quoi qu’il arrive, SURTOUT ne pas baisser les bras si à un moment tu sens une montée d’angoisse.
          Ca m’arrive souvent. Ca va redescendre. Il ne faut pas focaliser sur ça quand ça arrivera.

          « Je l’ai déjà fait, je l’ai déjà fait… » Il faut rester positif, se concentrer sur autre chose.

          Répondre

    • david

      06/05/15 at 23:36

      Hello j’ai 33 ans et suis devenu claustro depuis 2 ans je pense. Effectivement avoir une vie saine : sport, bien dormir, bien manger et réduire le stress diminuent considérablement les émotions provoquées par la claustrophobie. Se confronter le plus régulièrement à sa phobie permet de la dompter. Plus vous vous y confronterez, plus elle diminuera. Moi perso le médecin m’a prescrit un Xanax que j’ai pris juste avant de monter dans l’avion. Et je n’ai pas eu une crise. Alors que sans j’étais toujours stressé jusqu’à l’atterrissage. Le Xanax ne m’a pas rendu somnolent, ou confus, j’étais juste zen et relaxé. Donc je vous le conseille pour ceux qui n’arrivent pas à faire relaxation, respiration. Je prends l’avion dans 2 jours, je suis un peu stressé mais je sais qu’avec mon pti xanax ça ira 😉

      Répondre

  33. stéphanie

    11/02/14 at 12:45

    merci Alex pour tes témoignages sécurisants.Je suis moi aussi claustrophobe et ça ne s’arrange pas .Le train devient aussi trés compliqué maintenant et c’est langoisse et la crise de panique quand les portes se ferment .J’ai surtout peur en fait de m’évanouir pendant une crise de panique.Le coeur bat trés fort,je deviens trés froide et je commence à avoir la tête qui tourne et là j’ai vraiment peur de m’évanouir.Apparement ici personne ne succombe à un malaise vagale aprés une crise de panique ,donc c’est plutôt rassurant.
    Quelqu’un ressent il la même chose que moi?pour me rassurer un peu.
    Merci d’avance pour les réponses.
    Stéphanie

    Répondre

    • Alex

      11/02/14 at 14:22

      Bonjour Stephanie,

      Les sensations physiques que vous décrivez sont tout à fait naturelles. Il n y a aucun danger. On se sent juste très mal. En fait, c’est votre cerveau qui fait une confusion: lors de votre 1er crise, il s est mis en alerte et à demande à votre corps de se tenir à réagir car il a vu un danger. Ce danger est fictif. C’est un stimulis un déclencheur que vous avez à peine perçu. Comme le bruit de la porte qui se fermait dans l avion pour moi. Et donc, le corps réagit (alors qu il ne devrait pas) et vous, ce qui est normal, vous ne comprenez pas pourquoi tout q coup vous vous sentez si mal, de plus en plus mal et vous commencez à vous dire que vous avez besoin de sortir mais vous ne pouvez car vous êtes enfermé! Bham…c est la grosse crise, la 1 ère souvent la plus dure à vivre et qui donc marque le début de cette phobie. Si vous étiez dans un train la 1ère fois vous identifiez le train comme l’objet de votre phobie mais c est une erreure de perception. Vous avez eu peur de ne pas pouvoir sortir. Donc après, on généralise très vite à tous les endroits ou on ne ne peut pas s échapper. C est la 2ème erreure. L évitement et le renforcements de la phobie…de la claustrophobie en fait! Mais c est normal de réagir par la fuite ou l évitement puisque l on se sait pas ce qu il nous arrive et donc comment pouvoir le gérer.
      Il faut donc ne pas lâcher et au contraire reprendre tout de suite sur les espaces perdus. Et pour cela il faut commencer par comprendre ce qu il se passe en nous, en vous! Et une fois que vous aurez compris vous serez rassurer de:
      1. Savoir que c est impossible de mourir des symptômes que vous décrivez.
      2. Qu’il est possible, avec du travail et de la pratique, d accepter cette situation, d accepter de ressentir les sensations (moi je conseille des anxilotics pour se calmer si le Car il y en a pas. Mais c est comme cela que démarre la 1ère crise. Et vous de qui est Ce que vous ressentez et vivez est normal pour des phobiques.

      Répondre

  34. Alex

    11/02/14 at 14:46

    Oups fausse manip! Je termine mon message…
    2- je vous parlais d accepter et d accompagner les sensations car vous savez qu elles ne sont pas dangereuses. C est être pote comme dit Xavier.
    En fait dans la crise il y a plusieurs niveaux. Il faut éviter un seuil important de douleurs car ensuite c est nos pensées qui prennent le relais et elles ne font qu empirer la situation (cercle vicieux). C est pourquoi les anxilotics peuvent aider si les sensations deviennent très fortes. Ça réagit vite et on en prend deux…ça fait retomber rapidement les sensations et donc nous donner la chance de pouvoir nous calmer et nous raisonner.
    3- en acceptant le problème, en comprenant, en l accompagnant et en vous faisant aider (hypnose, anxilotics etc) vous arriverez à regagner du terrain petit à petit et donc de la confiance….et pourquoi pas entrevoir une guérison complète et totale.

    Je veux y croire.

    Pour avoir pas mal parcouru le web sur ce sujet, hormis ce post de Xavier, il y’a pas grand chose d encourageant à lire. Vous devez rester positive et motivée. C est essentiel. Et donc de bien vous informer. Comme cité plus haut, je ne peux que vous conseiller de lire le manuel de l anxieux et du phobique pour en savoir plus (vous pouvez déjà en lire une très grande partie Grace à Google docs).

    Bon courage Stéphanie.

    Répondre

  35. Florian

    12/02/14 at 18:37

    Re bonsoir tout le monde,

    Alors Christine, si vous n’avez plus le temps d’engager un travail avec une sophrologue ou un hypnotiseur; je vais tenter de vous donner deux trois techniques de respiration qui coupe court aux premiers symptômes de l’angoisse. Ma sophrologue me les a enseigné et j’avoue que cela marche du tonnerre.
    Attention, ces techniques de respiration ne fonctionne qu’avec la respiration ventrale, c’est-à-dire qu’il faut tout simplement gonfler le ventre d’air.
    Dès que vous commencez à ressentir un certain mal être, fermez les yeux et concentrez vous sur votre respiration ventrale. Ne pensez à rien d’autres si ce n’est à une situation qui vous a amusé ou fait rire. Décontractez les épaules et la mâchoire, posez une main sur votre ventre et faite une série de 3 respiration sur ce modèle:
    – inspirer en 2 secondes maximum l’air dans votre ventre
    – expirer l’air par la bouche doucement en 7-8 secondes.
    Bon on est pas à 1 ou 2 secondes prêt mais c’est pour vous donner un ordre d’idée de ce qu’il faut faire. Vous devez répéter au minimum 3 fois cette respiration pour en voir les premiers bénéfices. Cette respiration est appelé aussi « respiration calmante ».

    Si vous voyez que vous commencez à faire une crise d’angoisse et que vous ne maitrisez plus votre peur; voici une technique qui va vous la couper direct:
    – respirer toujours par le ventre le plus vite possible par petits accouts et par le nez. la respiration doit être énergique: l’inspiration ne doit pas durer plus d’1/2 secondes, comme l’expiration…. Et au bout de 15 secondes, les sensations de tétanie dues à la peur se sont envolés.

    N’hésitez pas à vous entrainer sur ces deux méthodes chez vous en fermant les yeux et analysez après le bien être dans lequel se trouve votre corps pour que voir que cela fonctionne.

    Voilà, j’espère que ces deux petites méthodes pourront aider certains à se tranquiliser face aux angoisses.

    Bon courage à tous.
    PS: je vous avais dit que j’étais en mode « combattant ».. et bien j’ai reprit la voiture hier (bon OK pour faire 5 kilomètres) alors que je n’en avais pas conduite une depuis plus de 2 ans… il y a comme un début de victoire dans l’air.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      17/02/14 at 09:50

      Je confirme que ces techniques fonctionnent.
      Pour ma part, j’en suis arrivé à faire ça seul par hasard.
      Des fois le corps est bien fait et on arrive à trouver des solutions tout seul. Mais si besoin, surtout je pense qu’il ne faut pas hésiter à consulter des spécialistes.
      Vous gagnerez du temps et du confort de vie.

      Répondre

  36. stéphanie

    13/02/14 at 13:07

    Merci Alex pour tes encouragements.
    Je vais me faire suivre par les téraphies cognitives et comportementales.

    Répondre

  37. christine

    14/02/14 at 20:25

    Alex, Florian, et tous les autres,
    Merci Merci mille fois pour vos précieusx conseils dont j’ai bien noté toutes les petites astuces dans mon petit « calepin de voyage » que je garderais tout prés de moi durant les vols (ah oui en plus j’ai des escales à l’aller et au retour….Ahhhhhhhh!!!). Pour être franche et comme me l’a conseillé Florian, je m’entraîne déjà un petit peu. Je me rends compte aussi qu’à force d’avoir tellement angoissé dès le jour où j’ai su que les billets étaient réservés et payés, mon angoisse se calme jour aprés jour. Bon je mène un grand combat mais j’essai de ne pas douter de moi à aucun moment…. J’arrive à relativiser et prendre sur moi… Mais bon tout ceci du fond de ma maison…Qu’en sera t il vraiment une fois que les portes de l’avion seront refermeront ??? En tout cas en attendant, à chaque fois que l’angoisse se présente à moi j’associe tout de suite un moment de réjouissance, de bonheur et de plénitude….Oui j’ai cette angoisse en moi mais à la finale un beau voyage, de bons moments en famille du bonheur….. Alors tout ceci ne vaut il pas le coup de relativiser ?? Et j’avoue que de chez moi ça marche.. Je suis quelqu’un d’assez positif qui adore se marrer donc j’essai d’ironiser cette grande phobie…. Bon juste avant de partir j’ai quand même RDV avec mon rhumato qui se trouve au 7ème étage de l’hopital….Je me suis promis que cette fois ci je ne camperai pas devant l’ascenceur pour au final grimpé les 7 étages à pieds……C’est promis juré je vais prendre cet ascenceur tout en m’efforçant de travailler ma respiration comme vous me l’avez si bien conseillé…Ce rdv est prévu pour tout début mars, juste avant mon départ…. Donc je vais le faire…… En tout cas je suis motivé….
    Merci merci encore mille fois à tous… C’est déjà une grand aide que de trouver autant de soutient auprès de vous…. Florain courage aujourd’hui 5 kms demain l’autoroute des vacances…….

    Répondre

    • Xavier Berthier

      17/02/14 at 10:02

      Bonjour Christine,

      quel bonheur de voir tout ce positif.

      Si tu veux préparer ton voyage, peut être peux tu essayer ceci (c’est un truc perso, je ne garanti rien).

      Imagines toi maintenant en vacances dans deux ou trois endroits sympa que tu idéalises (si tu as besoin, vas sur internet en cherchant les meilleurs photos de l’endroit où tu vas).

      Regardes les encore et encore. Il faut que tu sois gavé de joie et pensant à ces images.
      Imprimes les dans ta tête. Construit toi une carte mentale vers ta destination, tes vacances, le bonheur, etc.
      Dans ta tête, essaies de vraiment ressentir ce que tu vivra réellement en vacances. Par exemple, assise au bord de l’eau sur une plage paradisiac. Les pieds dans l’eau. Tu sens l’eau sur tes pieds, tu entends le bruit des vagues.

      Ensuite, tout en restant chez toi, dans une pièce agréable, et sans bruit. Imagines toi dans l’avion étape par étape. Tu rentres dans l’avion, tu t’assoies, etc… Si en y pensant tu ressens une angoisse, penses tout de suite à tes images positives.
      Tu fais ça plusieurs fois avant de prendre l’avion.

      Selon moi, en faisant ça, cela permet de construire des « réflexes » automatiques dans notre esprit. Je ne sais pas si c’est le bon terme, mais j’appel ça de la projection et du conditionnement mentale.
      Et ça peut aider dans d’autres situations.

      J-7 avant le départ pour la Floride, tout va bien. Dès que je pense à l’avion, je bascule automatiquement vers d’autres construction mentale positive.

      Bonne continuation et bon courage.

      Répondre

  38. gaelle

    25/02/14 at 23:18

    bonjour a tous,
    je suis egalement claustrophobe ,peur des ascenseurs,metro et surtout les tunnels,impossible d’en prendre,je tremble,du mal a respirer ,bref panique total.
    j’ai un projet qui me tiens a coeur,partir en guyane ,voir un cousin,mais voilà ,l’avion,comment faire,en fait il faut que je voit la terre,l’exterieur.
    j’apprehende d’etre au dessus des nuages,plus voir la terre.
    j’en ai mare d’etre comme ca,ce qui me rassure c’est de ne pas etre seul,oufff
    en tout cas ,ca me fait du bien de lire tout vos commentaires,j’espere vraiment franchir se cap et faire un coucou a mon cousin;)
    merci beaucoup
    gaelle

    Répondre

    • Xavier Berthier

      14/03/14 at 23:45

      Merci Gaelle pour ton commentaire et c’est agréable de voir que les notre peuvent peut être d’aider.

      Répondre

  39. Jean-Pierre

    11/03/14 at 16:54

    Merci à tous pour vos commentaires. Ca fait du bien de constater que l’on n’est pas tout seul. Pour moi aussi, le moment de la fermeture des portes dans l’avion est un moment horrible. Un peu bête lorsqu’on une femme navigante à Air France ! Je suis claustrophobe depuis une quinzaine d’année. En visite au Palais des Sciences de San Francisco, il y avait une attraction vedette : le dôme tactile. A l’intérieur d’un gigantesque dôme, un parcours constitués de tunnels étroits (je vous sens frémir d’horreur déjà)dans une obscurité totale.
    Ma précédente femme qui m’accompagnait a été prise de panique (elle était déjà claustrophobe) et a rebroussé chemin à quatre pattes. Elle m’a transmis son stress et j’ai battu le record de vitesse du parcours. ‘You did it !’ qu’elle m’a dit l’animatrice à la sortie. Quelques temps après, en se rendant à une soirée avec mon ex-femme chez des amis à elle, soirée qui ne m’enchantait guère vu que je ne connaissais personne, l’ascenseur s’est bloqué pendant 45 min ! Quelques années plus tard lors d’un vol pour Toulouse, j’ai été pris de panique. L’impression de manquer d’air. Je me suis levé avec l’intention de quitter l’avion. Ma femme (actuelle) m’a fait rassoir de force, m’a braqué les distributeurs d’air à plein volume sur le visage. Ca m’a bien calmé. Du coup, le retour s’est bien passé. Mais il y a quelques temps, sur le même vol, j’ai passé 45min épouvantables malgré 3/4 de Lexomil absorbés et quasi sans effet. Moi qui adorais prendre l’avion, c’est devenu un enfer. On doit aller aux USA cet été et j’appréhende à mort. J’avais envie d’essayer un hypnotiseur sur Paris. Si vous connaissez quelqu’un de sérieux, n’hésitez pas à me le faire savoir. J’aimerais bien avoir également des retours sur des personnes ayant pris des anxiolitiques et l’effet obtenu. Merci au créateur de ce site.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      14/03/14 at 23:49

      Bonjour Jean Pierre,
      merci pour ton commentaire.

      L’histoire des attractions, je connais. On revient tout juste de Floride où on est passé par le Kennedy Space Center (souvent appelé le centre de la NASA).
      Il y avait une attraction pour tester les sensations de décollage et une autre genre centrifugeuse avec 4G.

      J’aurai rêvé les faire mais je ne me suis pas senti capable. Pas préparé non plus à me mettre en conditions (et pas envie aussi).

      Si tu trouves des solutions, n’hésites pas à venir nous le dire. Je suis persuadé que tu arrivera à surmonter ça.
      Bonne chance.

      Répondre

  40. Jean-Pierre

    11/03/14 at 17:06

    J’avais oublié cette anecdote. Je suis prof et il y a quelques années, j’avais accompagné une classe à un séjour sportif qui comportait des séances de spéléologie ! Notre cauchemar à tous non ? J’avais prévenu toute l’équipe des intervenants sportifs des mon appréhension et du fait qu’éventuellement, je me passerais volontiers de cette activité. Mais, ils étaient tellement sympas que j’ai voulu essayer. Le jour J, face à cette entrée ridiculement petite qui exigeait qu’on se mette à plat ventre pour y pénétrer, j’ai renoncé. J’ai passé la journée au bord de la route (car loin de tout) et étais la seule personne avec des coups de soleil après une activité spéléo. Bon, je crois que j’ai tout dit. Merci pour cette analyse à peu de frais.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      14/03/14 at 23:50

      Vraiment dommage, c’est une activité que j’aurais rêver de pratiquer mais rien que de voir des images à la TV ou sur internet, j’ai un boule au ventre.
      Alors je te comprend tellement !

      Répondre

  41. jenny

    14/03/14 at 10:05

    Bonjour,

    Je suis ravie d’etre tombé sur ce blog,j’ai 27 ans et voila maintenant quatre ans que je suis claustrophobe mais je remarque ne pas etre la seule dans ce cas là. Pour ma part je ne sais pas vraiment d’ou ça vient mais bon j’ai appris à vivre avec meme si c’est pas facile tous les jours et donc aprés avoir reussi à reprendre la voiture, à tolerer de passer sous des tunnels et de tps en tps me retrouver dans des sous-terrains, je vais passer le cap de l’avion et j’avoue avoir déjà noté la plupart des recommandations de l’article ainsi que des commentaires. La peur ne m’envahit pas encore car j’evite d’y penser, ma peur se manifeste surtout parce que je pense bcp trop et donc j’imagine toute sorte de scenarios sur tout histoire d’etre preparé, sinon comme un bon claustro le coeur qui bat fort et la respiration qui se coupe. Tous ça pour vous dire merci, ne de pas se sentir seule et de me donner du courage à travers ces témoignages et je reviendrais dans 3 semaines histoire de partager ma premiere fois en avion

    Répondre

    • Xavier Berthier

      14/03/14 at 23:43

      Merci Jenny,
      je suis ravi de voir qu’une fois de plus nos témoignages pourront peut être aider quelqu’un d’autre.

      Je suis aussi vraiment heureux que mon article devienne un lieu d’échanges et surtout de regroupement pour les gens « comme nous » 🙂

      Bon courage pour ton vol, et n’oublies pas de venir tout nous dire.

      Répondre

  42. Xavier Berthier

    14/03/14 at 23:54

    Bonjour à tous ceux qui reviennent régulièrement sur cet article.

    Alors dernières nouvelles. On revient tout juste d’un voyage en Floride.

    2 vols à l’aller et 3 au retour (Nice – Miami).

    Et bien je suis encore là 😉

    Voilà une fois de plus, la preuve que c’est faisable. Alors surtout ne perdez pas courage, je ne suis pas un sur-homme.

    Je peux le faire, vous aussi.

    Répondre

  43. christine

    23/03/14 at 19:22

    Bonjour à tous,

    alors je reviens tout juste de mon voyage aussi en Floride. 2 vols aller, 2 vols retour…
    L’entrée dans l’avion a été difficile mais moins que celle où l’avion a attérit et que tout le monde s’est levé en même temps à la recherche de son bagage à main près à bondir vers la sortie.C’est à ce moment précis où j’ai le plus « souffert »….Mais, car il y a un MAIS, j’ai mis en application tout ce que j’ai pu lire sur ce site et ce qui m’a vraiment sauvé???? Une respiration profonde et Porté mon attention sur autre chose, discuter de tout de rien avec tous ceux qui m’entouraient ne pas regarder en avant, sur cette foule sur cette porte de sortie que je n’arrivais pas à distinguer et qui me semblait être au bout du monde et finalement cette peur en moi, cette sensation d’étouffer de manquer d’air, cette panique, cette perte de contrôle…..ont disparues petit à petit. Et au moment où j’ai enfin pris conscience de cela la voie était dégagée je n’avais plus qu’à mettre un pied devant l’autre jusqu’à la sortie…. Je me suis fait un monde de prendre cet avion…. J’ai alimenté ma peur jour aprés jour jusqu’à mon départ en ignorant le plus important…..Que je pouvais la dompter et l’apprivoiser….
    Je ne dis pas que ça a été superbe mais j’ai réussit à gérer et ça je m’en croyais incapable…
    Encore merci pour tous vos précieux conseils… Merci mille fois!!!!!

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:26

      Bonjour Christine,

      Quel beau témoignage et quelle bonne nouvelle de se dire que tu as réussie à surmonter ta phobie.

      Un grand bravo à toi (et je vois que nous devions à priori être en Floride presque en même temps 😉 )

      Concernant ce que tu décris, je me retrouve tout à fait dans cette attente lorsque l’appareil est au parking et que la porte n’est pas ouverte.
      Moi aussi c’est un très long moment. D’ailleurs, j’ai pu constater à travers le monde, que l’on retrouve la même stupidité des comportements humains.
      Un jour les gens comprendront peut être que ça ne sert à rien car de toute façon il faut plusieurs minutes pour accrocher une passerelle à une porte d’avion. Ensuite ils doivent ouvrir les soutes et transporter les bagages. Inutile de se presser. Pour avoir l’expérience, je peux affirmer que l’on ne sort pas plus vite de l’aéroport de cette manière là !
      Mieux vaut prendre son temps, le stress est vraiment l’ennemi de la phobie je trouve.

      Encore merci pour ton message qui est aussi un bel espoir pour tous les autres et me réconforte dans l’idée que c’était une bonne chose que de dévoiler ma phobie publiquement.

      Répondre

  44. Nathalie

    25/04/14 at 18:57

    Bonjour à tous,

    Voilà mon mari m’a offert un séjour à Venise pour mes 40 ans.

    Très Heureuse de ce cadeau mais oup’s il faut prendre l’avion et je décolle ce vendredi 2 mai 2014 et je panique !!!

    Etre enfermée… et les oreilles peur de vertiges…les jambes… peur de ne pouvoir respirer et qu’une crise de panique, d’angoisse de spasmophilie arrive…

    Alors que j’ai envie de partir !!!
    En lisant les commentaires ou l’article cela me rassure mais qu’à moitié…
    Si vous avez d’autres conseils n’hésitez-pas
    Merci

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:27

      Alors Nathalie ? Finalement, le voyage a t’il eu lieu et dans quelles conditions ?

      Répondre

  45. Elsa

    27/04/14 at 15:49

    Bonjour à tous! 🙂 Cet article vient de me faire un bien fou, je n’ai rien trouvé de plus rassurant pour le moment donc merci à Xavier et à tous. Je viens d’avoir 20ans, je n’avais jamais eu le moindre problème auparavant, j’ai pris l’avion pour des longs courriers toute seule sans aucunes appréhensions, et puis un jour, j’ai fait ma première crise d’angoisse (dans un parking souterrain): impossible de rentrer dans un tram, un train, un bus, et même une voiture au début.

    BREF, les transports en communs étaient un calvaire. Et ils le sont toujours un peu parfois. En faite j’ai remarqué que la claustrophobie était surtout la peur d’etre enfermé, de ne pas pouvoir sortir nous même de quelque chose.
    Je pars en Martinique dans un mois (9h d’avion) et cela fait six mois j’en rêve (que j’en cauchemarde surtout) et que j’hésitais à franchir le pas 🙂

    Je lis les témoignages sur ce blog depuis 4 ou 5 mois maintenant. Et je ne me désisterais pas en vue des expériences positives.

    Je pars avec Air France. Je n’ai jamais pris Air France, c’est une bonne compagnie, mais est ce que vous savez si il y a de la place au niveau des sièges etc..? Ce qui est sur c’est que j’aimerais me mettre à l’avant de l’avion, mais est ce que l’on peut vraiment choisir ses places? Vous me conseillez le coté hublot ou coté couloir?
    Et aussi, je pensais peut-être à prendre des somnifères! Et surtout des chewing-gum à la menthe forte avec de la musique qui donne envie de conquérir le monde…… en avion! Dans tous les cas je viendrais sur ce blog raconter mon expérience passée, qui je le pense honnêtement, sera positive. C’est toujours plus de peur que de mal, c’est le principe de notre phobie qui est entièrement psychologique 🙂 Et il ne faut pas oublier que les avions sont remplis de personnes pour s’occuper de nous (il y a même un médecin), alors je n’appréhende pas l’angoisse. Merci encore Xavier!

    Répondre

    • Alex

      05/05/14 at 22:49

      Bonjour Elsa, oui tu peux choisir ton siège et 24h á l’avance mais tu n’auras très certainement pas accés au siège tout devant de la classe éco. Le mieux est donc d’arrivé pas trop tard à l enrgistrement du vol pour demander une place devant. Ils gardent souvent ces places dispo pour des demandes spéciales et de dernières minutes.
      Il y a également de la place. Bon pas trop pour moi, je fais 1.92m haha! Et tu peux choisir tes films etc.

      Si tu ne voles pas souvent et que tu es angoissée par ce vol enfermée pendant 9 heure (j emploi ce mot exprès!) je te conseillerai si tu as le temps de faire un vol court car en fait le plus dur dans tout ça c est l avant décollage. Une fois dans les airs, c’est le début du voyage. Donc faire un petit vol pour se tester et tester les sensations, les bruits, les étapes à passer afin que tu puisses repasser tout ça de façon clair dans ta tête et de t y préparer…et aussi pour te prouver que tu sais et peux le faire!!

      Bon courage et n hésite pas a poser des questions, je sais que c’est vraiment pas facile.

      Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:30

      Bonjour Elsa,
      Merci pour ton message !

      Ton voyage s’est il bien passé ? As-tu une bonne expérience au final ?

      Répondre

  46. adele

    28/04/14 at 00:42

    bonjour moi je le suis aussi je vais voir demain un micro kiné pour m aider on ma dit que ca me fera du bien car pour moi cela fait 12 ans a la groseses de mon fils!! on ma conseiller l antaraxe medicament que j ai encore jamais prit je vous tiens au courant demain soir!! merci encore

    Répondre

    • Alex

      05/05/14 at 22:59

      L’antrax ou autre anti depresseur peuvent aider a passer certaines étapes dures au début. J y ajouterai même les anxiolitics. L’idée encore une fois est de RETROUVER la confiance en soi qui s’est volatilisée le jour de cette 1ere crise de panique. Cette confiance à été victime d’un leure que votre cerveau a créé et que votre corps suit toujours (les sensations physiques d’angoisse). C est comme la cigarette. Plus nous l’écoutons (au travers de nos discours intérieurs = j en ai envie, elle m aide), plus elle nous enfonce.
      La claustrophobie c est la même chose. Ne la laissait pas contrôler votre vie. Rentrer en mode combat. Ne lâchez rien quite à s’aider au départ avec des médicaments….

      Répondre

  47. Feminitop

    15/05/14 at 10:12

    Bonjour,

    Je suis comme vous, claustrophobe et j’ai fait en plus une augmentation mammaire, j’ai donc une certaine poitrine. Et quand je prends l’avion, je me sens angoissé, et la ceinture me compresse énormément, je commence à avoir des sueurs. J’ai testé pas mal de produits pour me calmer mais pour l’instant sans succès.

    Répondre

  48. Arnaud

    08/06/14 at 20:54

    Merci pour les commentaires de chacun.. Je me retrouve dans certains d entre vous… Ma femme me demande d aller voir un psy ou faire un stage, car depuis 5 ans, je refuse catégoriquement de reprendre l avion ( impossibilité d avaler ma salive, mal à respirer, crises de panique… Lors de mon dernier vol, j ai cru que j allais faire un infarctus) . J ai conscience que l avion est un moyen de transport sûr, ce n’est ni le décollage ni les trous d air ni l atterrissage qui me font peur… Donc est ce que ça sert à quelque chose de faire un stage ? … Ou faut il que je prenne des cachets? Est ce que ce sera suffisant? En plus, depuis 3 ans, impossible de rester plus de 10 minutes sur l autoroute… Je guette la première sortie et ouf…libéré !! Cela deviens de plus en plus problématique. Moi je m adapte. Mais ma femme en a assez de prendre le train ou le bateau : donc… Stage ou psy? Cachets ou autre solution? Surmonter ou éviter? Vivre ou se laisser mourir? Détester ou être détesté ? Toute analyse et tout témoignage est le bienvenu.

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:33

      Bonjour Arnaud,
      Si j’ai bien compris, nous seulement tu es claustro comme nous, mais en plus tu as une peur de l’avion ?
      Une double peine qui doit être bien difficile à surmonter !
      Pour la peur, je dirai qu’un stage serait l’idéal. Mais difficile de te donner un vrai conseil car je n’ai pas cette phobie.
      Bon courage !

      Répondre

  49. Helen

    17/06/14 at 22:27

    Bonjour,

    J’ai des crises d’angoisse de plus en plus fréquentes. Je n’ai jamais eu de crise en avion mais là j’appréhende beaucoup mon voyage de cet été.

    J’ai des crises dans de nouvelles situations à chaque fois; la semaine dernière seulement j’ai eu 3 crises: j’ai finis en pleurs dans un ascenseur devant mes collègues; j’ai complètement perdu la tête dans une voiture (sécurité enfant = impossible d’ouvrir la portière par moi-même) et enfin je me suis retrouvée à l’arrière d’une caravane mais sans fenêtre.
    Avant ça, c’était à Disney où j’ai complètement paniquée avec les ceintures de sécurité qui m’empêcher de bouger et également chez l’esthéticienne avec un masque du visage!

    Je ne vous parlerai pas de la fois où j’ai fais de la plongée ( au tout début de mes crises; j’étais naïve!)

    Les rares fois où j’arrive à me contrôler, ça me demande beaucoup d’efforts et c’est juste épuisant et je me sens quand même mal.

    Maintenant, j’anticipe les situations « à risque » mais c’est pire; à partir du moment où je me suis mis dans la tête que je vais angoisser; c’est trop tard.

    Bref, ça commence à me gâcher la vie et j’aimerais être soignée.

    Conseilleriez-vous un médecin dans l’Oise?

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:39

      Bonjour Helen,

      J’ai moi aussi il y a quelques années, avant de savoir me maitriser complétement, fais demi tour dans l’entrée d’une attraction (Disney ou Asterix je ne me souviens plus). C’était un long tunel pour passer de l’entrée au début de l’attraction… J’ai fais demi tour après 25m car je ne voyais pas la sortie.

      Pour la plongée, pour ma part c’était l’inverse. Si au début c’était difficile, avec le temps ça m’a aidé au contraire.
      Car ça nous oblige à maitriser sa respiration, ce qui est une bonne chose en cas de début de crise.
      Une expérience qui sert tous les jours.
      Bon courage

      Répondre

  50. Delphine

    05/07/14 at 16:03

    Bonjour,

    J’ai l’impression de me reconnaitre dans cet article. Et je fais exactement les mêmes exercices (respirations, ne pas regarder le long couloir, et je me concentre sur autre chose comme un bouquin …) Je prend l’avion au moins une fois par an et je m’interdis de rater mes vacances a cause de cette phobie qui est bien sur également liée a de l’agoraphobie dans mon cas … Bref, surtout ne pas laisser nos phobies prendre le dessus. J’ai toujours un cachet sur moi au cas où car la claustrophobie et l’agoraphobie ne se manifestent pas que dans l’avion. En général, je suis dans l’avion avec quelqu’un qui connait mes « problèmes » et si j’ai une crise, elle m’aide à la surmonter.
    Bon courage a tous ceux qui n’arrivent pas a contrôler leurs phobies, il faut parfois se faire violence pour y arriver et s’est très dur physiquement et moralement. Il faut essayer d’être bien entouré par des personnes qui comprennent et ne jugent pas notre mal être pour ensuite les affronter tout seul. Je sais que c’est extrêmement dur, et je n’y arrive pas toujours moi même, certaines situations sont vraiment très dure et épuisante mais j’essaye de faire de mon mieux et si je n’y arrive pas, je me dis que je ré-essayerai plus tard dans d’autres circonstances. Si je peux éviter certaines situations, je le fais comme bcp d’entre vous je pense, mais j’essaye de profiter un maximum et de ne pas laisser mes phobies m’interdire de faire des choses que j’aime car ça nous pénalise nous et nos proches. Bon courage à tous !

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:20

      Bonjour Delphine,

      Merci pour ce témoignage. Tout a été dit 😉
      Bravo pour ton courage et de toujours tenir bon !

      Répondre

  51. claudie

    16/07/14 at 02:21

    bjr

    j’ai entendu parlé de votre blog et je viens apporter mon expérience aussi.
    j’ai 57 ans et je suis de plus en plus clautrophobe.
    ça handicape vraiment ma vie.
    J’ai des problèmes pour marcher mais je ne peux pas prendre l’ascenseur que d’en parler mon coeur s’accelere.
    je vais être opéree d’un genou mais je ne pourrais pas aller en centre de rééducation à cause de l’ascenseur.
    je vais faire la rééducation à la maison.

    je ne peux pas prendre le train ni le métro même pas le tram.

    Je ne ferme pas la porte dans les toilettes publiques , ce qui pose bien sûr quelques problèmes.

    je ne supporte pas non plus que la voiture se clave seule, si les portières se ferment à clé , je fais une crise,
    je ne peux pas monter à l’arrière d’une voiture qui n’a pas de portes
    je ne peux pas passer au mileu à l’arrière d’une voiture non plus.

    mon mari aimerait voyager mais je ne sais pas si je pourrais monter dans un avion.

    voilà un peu où j’en suis…………..

    merçi de vos réponses et mci pour ce blog

    Répondre

    • Xavier Berthier

      20/07/14 at 16:19

      Bonjour,

      c’est vraiment très embêtant pour vous surtout que cela concerne la vie de tous les jours.

      J’espère que vous trouverez une solution. N’hésitez pas à venir nous dire des bonnes nouvelles si vous y arrivez et surtout bon courage.

      Répondre

  52. Xavier Berthier

    20/07/14 at 16:45

    Après un premier voyage en Floride en ce début d’année 2014, je reviens de mon 2ème voyage Nice-Paris (toujours en avion) et dans 2 jours nous partons en Angleterre.

    Retenez bien ceci : claustrophobe ou pas, vous pouvez faire autant de voyage que les autres !

    Ne vous découragez pas, nous sommes plus fort que notre esprit. Ne laissez pas votre peut diriger votre vie.

    Bon courage à tous et continuer à nous raconter vos expérience après avoir pris l’avion.

    Xavier

    Répondre

  53. Lucie

    24/07/14 at 18:47

    Bonjour, et 1000 mercis pour tout vos témoignages encouragements. Cela fait du bien d’une part de savoir que l’on est pas seul, d’une autre qu’il est possible de vaincre ces angoisses.

    ( // Attention, a partir de là, je raconte un peu -beaucoup- ma vie de claustro)

    Pour ma part, cela fait une dizaine d’année que je suis claustrophobe (cela a commencé à l’âge de 16 ans, où j’ai du prendre un ascenseur pour aller a une fête sur les toit, inaccessible autrement, l’angoisse est montée d’un coup, sortie de nulle part -« bien heureusement » pour moi, cette fête était réservée au plus de 18ans).

    Et depuis cela, ça a pris de drôles de tournures.
    Pour mes 18ans je devait prendre l’avion (je l’avais déjà pris une bonne dizaine de fois avant, plus jeune) pour un long courrier. Me voyant angoisser, j’ai pris un rdv chez la sophrologue. Hé bien cela m’a fortement aidé. En complément de cela, j’avais quelques lexomil (anxiolytique) au cas où, qui m’ont tout de même aidé a rentré dans l’avion (et a dormir une grande partie du trajet). Ma plus grande peur était a ce moment là de manqué d’air.
    Une image simple sur laquelle nous avions travaillé avec la sophrologue était celle de « l’air qui rentre par les réacteurs ». Simplement, fermer les yeux, respirer avec le ventre (comme expliqué dans un très bon commentaire ci dessus), et imaginer le trajet de l’air passant dans ces grosses hélices, se faufilant dans de petit tuyeau, pour arriver enfin aux aérations se trouvant au dessus de chaque siège. Et voilà! un peu d’air extérieur, quasi comme une fenêtre ouverte :).

    Après cela, il a du se produire 2-3 montées d’angoisse en 3-4 ans que j’ai réussi a appréhender grâce aux conseils respiratoire de la sophrologue (et d’appel avec ma mère aussi, dont sa voie m’apaise, ça peux être une aide également, bien qu’il faut que la personne soit disponible quand vous en avez besoin 🙂 – et un bon abonnement téléphonique :p – ).

    Puis un bon jour, sans crier gare, rebelote, une crise d’angoisse dans un train « fermé » (les train fermés, sont pour moi les train dans lesquels les fenêtres ne s’ouvrent pas). Puis dans un train avec des fenêtre qui s’ouvrent. Puis dans un tunnel. Puis dans un tram. Puis une banque … etc la liste est longue. Et avec ça, l’évitement de tout ces lieux, qui n’ont fait qu’accentuer et dramatiser cette phobie.

    Depuis cela je vois une psychologue depuis an mais on ne parle que très peu de claustrophobie. Les séances me font du bien sur le moment, mais j’ai l’impression de stagner qq peu.

    J’ai tout de même pu analyser mes peurs, qui restent de la claustrophobie (je crois) dans ma 1ere période comme dans la 2eme, mais a des degrés & angles différent.
    Dans la 1ere période ce qui m’angoissait le plus était le fait de manquer d’air, et d’étouffer.
    Ici, en ce moment, quand les montées d’angoisse arrivent, il s’agit plus de la peur de perdre le contrôle, de devenir folle (je m’imagine déjà courir dans tout le train en hurlant, oui… pas idéal comme pensée…), et de ne pas pouvoir sortir quand je le désire. De ne pas pouvoir TOUT contrôler de la situation, tout simplement. Je pense qu’il s’agit d’une grosse part de confiance en soi, ainsi que de lâcher prise. Savoir se faire confiance à savoir que non on ne va pas « devenir fou » & accepter que oui on ne peux pas sortir comme on le désire, mais que ce n’est pas grave pour autant, car nous devons juste aller d’un point A à un point B.

    Bon après l’analyse, la mise en pratique est quand même plus complexe (pour ma part en tout cas). Quand il s’agit de prendre confiance en soi, il faut se battre quand même, se faire violence, mais parfois on a tellement peu confiance, que l’on ne se croit même pas capable de se battre. Et pour ma part c’est ce genre de cercle que je dois encore réussir a briser 🙂

    Excusez-moi pour ce très long pavé où finalement je ne parle que de moi… Mais, peut-être que d’autres personnes pourront s’y identifier ou alors si d’autres personnes sont/ont vécu ces passage de « peur de devenir fou », « peur de perdre le contrôle », « peu de confiance en soi », ont de bon conseils, je suis preneuse :).

    Merci à Xavier d’avoir ouvert cet espace de partage, et rien que de vous lire et d’avoir écrit ma propre expérience m’a fait un bien fou. Et pour revenir à l’avion, j’adore voyager, découvrir, mais c’est une chose que je ne fait que peu a cause de tout cela…

    Bonne soirée & bon courage a tous !

    Répondre

  54. Caroplume

    28/07/14 at 01:18

    Hello,
    Je viens de lire tous les commentaires un par un après une recherche sur google.. Je stressais à fond de prendre l’avion après-demain et j’avoue que ça va un peu mieux. Beaucoup d’entre vous dites qu’écrire son expérience est curatif, alors je me lance.

    Je suis claustro depuis.. toujours ? J’ai 31 ans. Métro, bus bondé, petite voiture, avion, et le pire.. l’ascenseur brr. Je me force depuis toujours à ne pas me laisser stopper par ma peur (je ne ferai rien sinon), la seule chose que je n’arrive pas du tout à faire c’est prendre l’ascenseur (sauf s’il est en verre) et m’enfermer à clef dans les toilettes (assez handicapant dans les lieux publics..). L’avion, je le prends, mais depuis le 11 septembre (twin tower), j’ai vraiment peur de l’avion et pas juste d’être dans un espace clos. Je crois que j’ai pris conscience de ce qu’on pouvait ressentir en voyant sa mort arriver en avion (je ne rentre pas dans les détails pour ne pas vous contaminer) et depuis je ne peux plus ignorer qu’une mort en avion doit etre HORRIBLE. Oui, je sais, « ya une chance sur un million et bla bla bla » mais en tant que grand anxieux, je pense qu’on sait tous que la seule partie de la phrase que l’on retient c’est « il y a une chance »…

    Bref, je le prends après demain vers la Suède et je gérais mon stress jusqu’à voir qu’il y aura des orages ce jour là à Paris.. je n’ai pas peur de la foudre mais des grosses turbulences au décollage. En tant que phobique, je ne suis pas très raisonnable, je n’ai donc jamais peur à l’atterrissage (qui est le moment le plus risqué) car pour moi, ça signifie surtout qu’on se rapproche du sol, alléluia !! 🙂

    Je suis sûre que mon voyage se passera bien (j’ai pris l’avion 8 fois cette dernière année…) mais voilà, j’angoisse quand meme. Pour ma part, mes conseils:
    – je prends un demi xanax juste avant de monter dans l’avion (15 min avant) J’en garde une deuxième moitié sur moi comme une solution possible (ça me parait important d’avoir une « sortie de secours » quand on est claustro) mais je ne la prends jamais.
    – je lis un magazine ou parle à qqun de tout est rien au moment on nous dit qu’on va décoller (brrrrrrr pire moment en gros tu n’as plus le controle sur rien)
    – si je panique, je me force à détendre mon corps et à accepter la situation (et non lutter contre), je me visualise dans une heure quand je serai arrivée et que ce moment sera derrière moi.
    – si je panique force 2, je me dis que si je dois mourrir, je mourrai et puis c’est tout. ça peut paraitre fou mais je crois que ça m’oblige à lacher prise !
    – je pense à ma soeur qui est méga claustro et ne fait plus rien (elle ne monte par exemple jamais au dessus du deuxième étage d’un immeuble 🙁 ), en ce moment meme elle fait un trajet de 1712 km en voiture pour ne pas avoir à prendre l’avion, ce que je trouve mille fois plus dangereux. Je me dis que c’est IMPOSSIBLE que j’en arrive là et je me gonfle de courage.

    Bon courage à tous et un GRAND merci à Xavier pour ce super article et les commentaires auxquels il répond depuis plus d’un an !!

    Répondre

  55. Lucie

    15/08/14 at 01:05

    Bonjour,

    J’ai 27 ans et voilà à peu prêt 4/5 ans que je suis une phobique de l’enfermement longue durée (+ de 10 min Max), oui je ne dit pas claustro car j’arrive aisément à prendre l’ascenseur, le métro, le RER etc…car je sait que la durée d’enfermement sera très courte : généralement entre chaque station de métro ou de trains de banlieue il y a 2/3 minutes même pas et dans un ascenseur c’est pareil même si il y a 17 étages à monter!

    Je m’imagine que la sortie est proche donc il n’y a pas de souci.

    Le problème arrive quand je doit – ou plutôt je devrais – prendre le train, l’avion ou l’eurostar. Du coup je me déplace souvent en bus ou en covoiturage car possibilité de pouvoir sortir du véhicule à tout moment (sauf si le chauffeur est un psychopathe:)) donc pas de stress.

    Je ne dirais pas que je suis phobique des endroits clos mais plutôt que je subie une phobie de situation – plus ou moins longue – la est le problème.
    Je ne sais pas si je m’exprime bien, désolée.

    Ceci étant si il m’arrive de paniquer dans un endroit, clos ou bondés – ce qui arrive rarement : je ferme les yeux ou je me mets prêt d’une fenêtre (regarder défiler le paysage est rassurant!) je respire et je garde toujours du stresam sur moi même si je ne m’en sert jamais! Comme une sorte d’effet placebo..

    Auparavant je prenais le train ou l’avion sans problème et un jour BLOCAGE impossible de l’envisager à nouveau. Au début c’était bien pire mais grâce au stresam ça va mieux, je n’en prend plus mais je le garde toujours sur moi.

    Pour moi la plus grosse crise à été la première, et envisager de revivre ça n’est pas imaginable. Le fait est que mon petit frère de qui je suis très proche vient de partir s’installer en République dominicaine. Si il y reste longtemps, l’avion sera indispensable 🙂 j’avais donc penser à prendre des somnipheres, il y a bien des cachets qui font dormir 8h ou plus non ?! Sinon la sophrologie à l’air d’être vraiment efficace, je vais me renseigner pour faire plusieurs séances!

    Dites moi ce que vous en pensez et bravo à tous ceux qui arrive à surmonter leurs angoisses et à voler! Vous êtes vraiment courageux!

    Répondre

  56. Carla

    17/08/14 at 23:13

    Bonjour Xavier,

    Merci pour ce blog qui permet d’aider des personnes à voyager.
    Je n »ai jamais pris l’avion trop claustro et peur d’être en à 10 km du sol.
    J’ai une question comment tu tiens 12 h d’avion avec ces sensations horribles de souffrance tu n’as pas l’impression que tu ne sens plus ton corps etc et que tu vas te mettre à hurler que tu vas mourrir comme un gars qu’on peut voir sur youtube
    ça m’épate ou alors tu es claustro léger.

    Répondre

  57. patricia

    21/08/14 at 15:25

    merci pour tous ces commentaires, je ressens moi aussi tous ces désagréments, mains qui transpirent, sensation d’étouffée, uniquement en avion je dois dire, un peu le train aussi, et c’est vrais pour l’avoir constaté j’ai pris l’avion cet été pour une durée de 2 heures, je m’étais dis que pour 2 heures ça irait et bien au bout de 30 mn j’ai ressenti les mêmes sensations j’avais pris du stresam sur moi j’en ai pris deux et me suis occupée l’esprit avec un magasine et ma crise est passée, sauf que l’an prochain je vais prendre un avion pour une durée de 13 heures et là c’est l’angoisse, alors vos commentaires m’aident énormément, 13 heures enfermée je me pose pleins de questions,

    Répondre

  58. isa

    21/08/14 at 16:00

    Bonjour à tous,

    Très sympa

    Répondre

  59. isa

    21/08/14 at 16:23

    ce blog et heureuse de voir les expériences des autres.Pour ma part, j’ai 40 ans et je souffre du même problème depuis 15 ans.Je ne m’interdis pas l’avion pour autant mais quelle angoisse!
    Ma première crise est survenue à 25 ans dans un TGV (pas de fenêtre qui s’ouvre donc panique).J’ai cherché mon air pendant près de 4 heures…
    Mes difficultés depuis: le métro bondé, des fois le ciné, les voitures trois places, les TGV, les vols longs courriers
    J’adore voyager donc je prends souvent l’avion(près de 50 fois depuis ma première crise) mais essaye d’éviter au maximum les vols de plus de deux heures.
    Il m’est arrivé de faire des longs vols(République dominicaine, USA, Afrique, Canada…): je stresse longtemps avant, ne peut pas dormir plusieurs jours avant, fais des crises d’hyperventilation la nuit d’avant.
    Je suis paniquée à l’idée de :
    -me retrouver sur le siège du milieu ou côté fenêtre
    -faire une crise devant tout le monde et sentir le regard sur moi
    -la personne devant moi baisse son siège (rien que ça peut me faire paniquer)
    -de faire le vol retour (ceci peut me gâcher mes vacances)

    Mes petits trucs:
    -essayer de me reposer au maximum avant
    -tout préparer en avance pour éviter le stress
    -prendre des somnifères et les prendre qu’en cas de crise
    -prendre un siège côté couloir (c’est là où il y a le plus de place et vous pouvez marcher si besoins)
    -réserver des activités pour l’avion que vous adorer faire (magazines, dessins, se faire les ongles, loisir créatifs, regarder des films, manger des bonbons…)
    -respirer en cas de crise
    -lire en début de vol et écouter de la musique pour changer d’attention
    -penser aux trucs sympas que vous allez faire ou voir pendant le voyage(plus difficile au retour je trouve!)

    Dans 3 mois je pars en Australie: 35 heures de vol juste pour l’aller! Rien que d’y penser ou de lire le blog, je commence à ressentir des effets!
    Mes angoisses: vais-je pouvoir tenir aussi longtemps, vais-je pouvoir avoir un siège couloir pour l’ensemble des vols?Est-ce que quelqu’un va baisser son siège devant moi?

    J’ai un conseil à vous demander avant de prendre mes billets:
    J’ai le choix entre plusieurs changements d’avion (donc durée dans chaque avion réduite mais trajet final très long) ou un long vol de 17 heures (durée dans l’avion très longue mais voyage plus court)
    Qu’en pensez-vous?

    En bref, on peut voyager même si on souffre de ce problème! effectivement on développe ses trucs, c’est jamais agréable mais c’est faisable!

    Isabelle

    Répondre

    • patricia

      22/08/14 at 08:00

      bonjour Isa,

      Après avoir lu les autres commentaires, j’en ai déduit que l’idéal est de prendre un siège à l’avant de l’avion, côté couloir, utiliser du sédatif PC, lire, et comme tu le dis t’occuper l’esprit. Par contre je pense qu’il vaut mieux opter pour le vol de 17 heures, car d’après les autres commentaires, tu risques developper les mêmes angoisses lors des autres vols, moi je vais surement devoir prendre un vol de 13 Heures, j’engoisse déjà, par contre j’ai remarqué lors de précédents vols que mon stress et plus important (manque d’air, mains moites etc…) la journée que lors d’un vol la nuit. Pourquoi, je ne sais pas, est ce la fatigue ? Donc pour moi priorité aux vols de nuits. Bon courage pour ton vol. L’Australie doit être un beau pays. Patricia

      Répondre

  60. philippe

    10/09/14 at 13:41

    Bonjour

    c est moi qui est écrit hhhhhhhhhh un test pour savoir si cela marchait , claustrophobie pas top mais c est au démarrage que cela se produit moi j ai dérivé dans l ocean indien maurice via australie plus de gas oil le mécano à oublié d en faire , quand je suis rentré sur maurice dans l avion un 41 places j ai été pris de vertiges et le lendemain pour un peu on m opérait odèmes au niveau des tympans , décidément je cumule tout que faire ; en fait ne pas trop s écouter moi je me dis que c est mon dernier jour je vais à l échaffaud je ne reverrais plus ma terre et j en viens à ne pas y croire les arts martiaux sont trés bénéfique et renforce l a sureté que l on à en soit

    Répondre

  61. ilona

    18/09/14 at 22:48

    Bonsoir à tous , j’ai 14ans et je suis en quatrieme.
    C’est hors sujet mais j’espère avoir de l’aide. Je suis déjà claustrophobe, depuis quelques années, quand je me suis rendue compte que ça ne collais pas dans les ascenseur, pièces fermées, endroits où je ne peux pas ouvrir comme le bus, le train… et en ce moment, en cours, on fait de la physique chimie, et nous faisons de l’optique. SAUF! Que pour ça il faut être dans le noir ( caches vitres noirs sur les vitres), avec la porte fermée a clefs et les fenêtres aussi a clefs. J’ai eu une crise de panique la dernière fois, j’avais les mains moites et je transpirais. On va faire cette séance pendant un bon bout de temps. Et je n’arrive pas a calmer mon stress! Ça devient un handicap et je ne sais plus comment faire

    Répondre

    • CaroPlume

      26/10/14 at 00:28

      courage Ilona ! tu devrais en parler à tes parents et ton prof ! j’espère que ça va mieux pour toi..

      Répondre

  62. Patricia

    03/10/14 at 09:46

    Je me suis reconnue de la première ligne à la dernière…et j’ai bien ri je dois dire !
    Je suis une grande voyageuse et j’avoue que de prendre l’avion pendant 12h m’angoisse systématiquement des semaines à l’avance.
    Cela ne m’a pas empêchée de voyager depuis plus de 20 ans. Mais cet été, alors que nous ne partions pas très loin, mon voyage s’est très très mal passé. Nous avons pris un petit avion de 30 places, j’ai cru mourir ! Alors, l’astuce que nous avons trouvé avec mon mari est de jouer au « baccalauréat ». ça m’a bien occupé l’esprit pendant le voyage mais au retour, nous avons pris le bateau pour rentrer !
    Cet hiver, nous partons en Inde et j’ai décidé de faire une thérapie avant.
    Les astuces que vous citez, elles évitent le pire, c’est vrai.

    Merci pour cet article ! On se sent tout à coup moins seul.

    Répondre

  63. Geraldine

    19/10/14 at 12:43

    Merci à tous pour vos msg dans lesquels je me retrouve pleinement. Les gens qui n’ont jamais vécus une attaque de panique ne peuvent comprendre . J’ai toujours eu un fond de claustrophobie et il y a trois ans j’ai fait une attaque de panique dans une salle de spectacle que je frequentais assudument pourtant depuis des années . Depuis cela ne me lache plus . Les lieux anxiogenes se sont multipliés dont certains inattendus. Le probleme c’est l’evitement parfois meme inconscient que l’on opere au final. J’ai peur d’avoir peur au final.
    Bref hors de question de ne pas avoir le dessus j’ai donc decide de reprendre l’avion en vol interieur lundi 27 et cela est tres anxiogene pour moi.
    Certains parlaient d hypnose . j’ai pratique et cela m’a beaucoup aide mais il faut etre assidu . L hypnose aide à abandonner des vieux de schemas comportementaux qui etaient efficients un temps mais ne le sont plus et adopter d’autres voies . Je pense qu’evacuer le stress par la pratique physique est indispensable . Dans mon cas je pense que mon niveau de stress a bcq augmente suite à l’arret du sport.
    Quand je suis en prise à une attaque de panique severe et quand je ne peux me sortir du lieu je prends un anxiolitique . L homeo peut m’aider en amont mais qd je suis en crise c’est la seule solution ou sortir.
    Est ce que pour vous aussi la chaleur joue un role important. Moi je trouve que c un des plus grand declencheur. Je me questionnais sur un possible dereglement de ce cote la , un probleme de regulation thermique qui me ferait disjoncter. Qqn a t il des infos ou du vecu la dessus?
    Le probleme st que les gens qui ont resolu leur probleme ne font surement plus de recherche sur le sujet et donc ne nous eclaireront pas de leur trouvailles. Courage à tous et merci de vos contributions et à Xavier en particulier.

    Répondre

  64. Richard

    13/08/15 at 23:21

    Bonjour,
    Je suis également claustrophobe. J’ai voyagé toute la journée en avion, je suis rentré chez moi ce soir, et je suis très content d’avoir terminé tout cela.
    Un voyage en avion pour un claustrophobe est vraiment fatiguant, cette lutte avec soi-même m’épuise. Je voyage comme vous assez régulièrement, j’ai également mes trucs et astuces qui fonctionnent plus ou moins bien. En tout cas, je suis tombé hier soir sur votre site (je flippe par anticipation et la veille du voyage est le pire des moments avec l’avion lui-même). Lire des expériences et des astuces ont rendu le voyage plus facile. Mais la prochaine fois, j’anticiperai et tenterai les « sédatifs pc ». Merci beaucoup pour ce blog et aux commentateurs.

    Répondre

  65. Stephine

    04/11/15 at 19:23

    Je viens de lire tous les messages et ça fait vraiment du « bien » de ne pas se sentir seule. J’ai 45 ans et suis claustrophobe depuis 22 ans, première crise dans un avion Marseille-Paris dans une période où j’étais triste et fatiguée.J’ai failli quitter l’avion quand j’ai vu les portes se fermer. La veille de cette première crise, il y avait eu l’enterrement de mon père et je me suis sentie comme dans un cercueil (c’est d’ailleurs ce que j’ai dit à l’hôtesse) tous les passagers me regardaient, j’avais vraiment honte. Le pire c’est qu’ensuite je prenais un avion pour les Antilles (8h) puis un petit « coucou » pour me rendre à Saint Barth….pendant quelques années j’ai « combattu », j’ai repris l’avion pour aller en Chine, au Vietnam mais à un moment j’ai cédé et la peur est revenue de plus belle jusqu’à devenir aussi de l’agoraphobie. Je ne peux plus prendre le bus, le train,le bateau et bien sûr l’avion, je ne prends pas les ascenseurs, je ne vais pas dans les parking souterrain etc…..je ne monte pas à l’arrière des voitures 3 portes …je ne pouvais plus conduire sur l’autoroute et rentrer dans des banques avec des SAS……en fait je ne supporte pas toutes les situations où je ne maîtrise pas……
    J’ai fait de l’hypnose, de l’EMDR, une psychothérapie, de la sophrologie….ce qui marche le mieux pour moi : un brumisateur d’eau, de l’huile essentielle de lavande à respirer, 1/4 de lexomyl avant le départ et m’occuper l’esprit……
    J’aimerais tellement que ça disparaisse comme c’est venu, mais je crois que je rêve….

    Répondre

  66. Robert

    13/11/15 at 14:34

    Bonjour à tous, je vous écris pour vous dire d’essayer toutes les méthodes possible car vous risquer dans payer les conséquences.
    Concrètement souffrant de claustrophobie ma femme ne supportant pas cette maladie m’a quitté, donc je me retrouve seul avec mon fils, et pour ne pas le perdre lui aussi j’ai décider de mettre tout les atouts de mon côté. Je vais commencer par le train car j’aimerais l’emmener dans un parc d’attraction chose que je lui avait promise mais que je n’ai jamais fait, ensuite un petit voyage en avion à Londres 2heures ça devrait aller. J’ai bien noté vos astuces et remède et vais les mettres en pratique. Je croise les doigts car je ne voudrais pas perdre mon fils.

    Répondre

  67. Magnolia

    16/12/15 at 16:28

    Bonjour. Je suis claustrophobe depuis 1983. Je suis agée de 59 ans. J’ose apporter ce modeste témoignage, de ma propre expérience, pour dire à tous ceux et celles qui souffrent que le malaise est T O U J O U R S passager. Etre claustrophobe c’est juste  » mentaliser » une situation qu’ on voudrait arréter ou changer pendant que d’autres personnes sont simplement indifférentes! Non la claustrophobie n’est pas une maladie ni un handicap; c’est une gène comme tout autre malaise minime. Je vis des situations de ce malaise dans ma propre maison quand je ferme les portes, cela ne veut pas dire que je les ouvre absolument et à tout moment! Je prend la route en voiture, en train , en bus, il ya aussi d’autres choses qui m’accompagnent, pas que la claustrophobie! Enfin, je veux surtout dire que vous ne fermez les lieux a fond que quand vous ouvrez votre esprit à fond. Cela parait trop simple mais si votre esprit craint l’étroitesse ou votre corps se trouve, c’est qu’il est urgent pour vous de limiter vos petites libertés. L’esprit ne prend le mauvais large que quand il s’y autorise. Un rappel à l’ordre de temps à autre peut aussi étre trés bénéfique. L’avion, l’acsenseur et autres ne sont jamais les coupables. Amicalement.

    Répondre

  68. julie

    11/01/16 at 23:12

    bon soir a tous, merci pour vos messages, finalement je ne suis pas si louche que ça ;), je peux le dire je suis moi meme claustrophobe, mais les vacances de l’étè 20015 étaient une catastrophe car il n y avait pas que le train et la voiture qui étaient un moyen de torture pour moi, mais meme les vastes espaces étaient devenus problématiques, je me suis surprise a suffoquer dans une plage pratiquement vide et je me suis pratiquement enfermer à la maison pendant quelques jours alors sortir dans le jardin en plein nuit meme avec l’éclairage il ne faut pas rever, et la cerise sur le gateau: il me fallait prendre un vol de nuit avec mes deux enfants pour rentrer en france…..je vous épargne les détails. depuis les crises qui étaient occasionnelles sont devenus quotidiennes alors là j ‘ai pris rendez vous chez un psy pour le moi de février mais je reste septique.
    ce qui me préoccupe pour le moment c’est l’examens médical que j’ai à faire dans 3 semaine sous anesthésie génèrale car me réveiller dans une pièces sera orible je n’ose meme pas y penser …est ce que vous avez une solution pour ca

    Répondre

  69. Kichah

    28/01/16 at 02:17

    Bonjour à tous

    Connaissez vous la méthode tipi ?
    Méthode qui vous aide grâce à la memoire sensorielle de vaincre toutes les phobies. Une seule séance suffit .Je suis allée faire une séance et doit prendre l avion le 9 …Je vous dirai

    Répondre

  70. Tanisha

    03/02/16 at 23:22

    Bonsoir a tous

    je suis Haitienne. Je vis en Haiti. J’ai realise que je suis claustrophobe quand j’etais en Philo, 9 ans de cela. en fait j’ai ete chez une amie. je devais me baigner chez elle et quand je suis rentree dans la douche, j’ai panique car c’etait tres coincee. je suis tout de suite sortie. Arrivee a l’ecole le lendemain, j’en ai parle a mon prof de biologie qui etait medecin, et la il m’a dit que c’est un symptome de claustrophobie.

    cella s’est produit plusieurs fois des ce jour la. chez moi, dans l’ascenseur, etc.

    La semaine derniere, pour la premiere fois je devais preendre l’avion pour Fort Lauderdale, ensuite Kentucky, 3 jours apres, Charlotte, ensuite Orlando, 3 jours apres, Boston et 3 jours apres Miami et ensuite Haiti.

    Je me suis dit que je pourrai le faire. je devais participer a une convention a Kentucky. mon esprit etait occupe par la convention, par tout ce qui se passera la bas. je me suis rendue a Kentucky sans aucune panique. je suis montee dans les avions, je n’ai pas dormi, je n’ai fait que m’occuper l’esprit avec les bonnes choses qui m’attendait a la convention.
    Maintenant a mon retour de Kentucky, ce n’etait plus pareil. Mes sieges etaient toujours pres de l’exit, a cote du hublot. mais j’ai panique quand meme. c’est comme si l’avion se resserait sur moi. heureusement le vol n’a dure que 2heures. Meme a Orlando j ai panique alors que j’etais dans une grande maison. je sentais que mon chez moi etait tres loin et que j’aurais a reprendre l’avion pour m’y rendre. J’ai pense a mes 2 enfants, a la convention, nada. rien n’a marche. Le pire s’est produit a Boston. Pour me rendre a l’aeroport, je devais passer par 2 tunnels. pres d’1 mile. je n’ai pas pu rester dans la voiture, j’ai panique. j’ai demande a mon amie de s’arreter et quand elle m’a dit qu’elle ne peut pas s’arreter dans le tunnel, c’etait encore pire. j’ai du descendre le vitre, et la encore je paniquais. elle s’est arretee a une intersection dans le tunnel. et la j’ai descendit de la voiture, elle m’a crie dessus parce que les voitures passaient a grande vitesse, elles peuvent me heurter me disait elle. mais ce n’est pas cela qui me preoccupait. je voulais seulement sortir du tunnel. Enfin je suis remontee dans la voiture apres 30 mns. et elle a roule tres vite. on est sorti du tunnel, j’ai pleure. Arrivee dans l’avion j’ai du jouer du Zuma sur mon telephone, ensuite du morpion avec mon mari qui m’accompagnait.
    Je ne me suis sentie bien que dans l’aeroport, en Haiti. Je n’ai pas envie de revivre cette situation mais je dois voyager frequemment mnt. j’ai une prochaine convention dans 3 mois, une autre activite dans 2 mois, et une autre convention en Octobre. le seul fait d’y [penser me rend malade.

    Merci pour vos partages, j’ai beaucoup appris. mais j’ai vraiment besoin de vos conseils. Merci a tous!

    Répondre

  71. Mareme TALL

    27/03/16 at 18:21

    Bonjour
    C’était comme si racontiez mon histoire. Ma claustrophobie je l’ai ressentie pour la première fois dans l’avion quand lors de vol retour Marseille-Maroc -Senegal et c »est justement au Maroc que cela m’est arrivé et c’était en 2004. Depuis ce jour, je n’ai pris nii l’avion ni l’ascenseur, ni le bus. C’est très encombrant. Merci pour les conseils je vais essayer pour voir ce que cela va donner.

    Répondre

  72. Dorcas nsololo

    08/04/16 at 18:39

    Bonjour,
    je réalisé que j été claustrophobe ça fait déjà 5ans dans un bus je ne jamais pris l ascenseur pas d tunnel je ne reste pas dans des endroits fermer après avoir lu ton histoire sa m aide un peu et je me demande si je saurai prendre l avion pendant 8heures je vraiment trop peur.

    Répondre

  73. Christelle

    12/04/16 at 02:09

    Bonjour,
    J ai 44 ans et claustrophobe depuis au moins 30 ans, au départ les ascenseurs puis ça s est étendu; tunnels, metro, serrures des toilettes et j en oublie sûrement… Voilà comment je vis avec cet impression d emprisonnement interieur depuis toutes ces années, quand je pars tout est calculé prévu à l avance au cas où l on croiserait un tunnel sur notre route… Bref une horreur!
    La dernière fois que j ai pris l avion j avais 15 ans, autant vous dire que ce n était pas hier… Depuis je me suis mis en tête que c était impossible pour moi d être enfermé des heures dans un avion… Mais voilà j ai en moi le goût du voyage et de la découverte, je rêve tout le temps de partir et le fait de ne pas pouvoir le faire ça en devient presque obsessionnel…
    Alors voilà qu il y quelques mois ( je suis une thérapie EMDR) je décide de prendre un billet, j en parle à mon frère et ma belle soeur qui eux voyagent et leur laisse le choix de la destination mais il faut à tout prix que j essaie, une destination assez proche manière de tester… Je ne peux plus me murer moi même sinon je vais finir en dépression …
    Voilà les billets sont pris pour début avril direction Rome . Je ne vous parlerai pas de mon état de stress les jours qui ont précédés le départ… Je me disais que j étais folle de m être lancé là dedans…
    Et bien voilà, je rentre ce soir de ce superbe séjour et je ne réalise pas encore vraiment que ça y est je l ai fait! Je vous avoue que le départ a été difficile, je voulais redescendre avant que la porte ne se referme, j étais dans un état de stress maximum malgré la prise d un anxiolytique puis le reste du voyage s est à peu près bien déroulé. Mais il y avait le retour et toujours cette aprehésion, ça ne vous lâche pas comme ça!!! Allez il faut y aller, de toute façon je ne vais pas rentrer à la nage… Et bien le retour avec encore un petit anxiolytique s est super bien déroulé mieux que l aller…
    Je vous conseille vivement de vous lancer pour ceux qui hésitent, parlez en autour de vous, faites vous aider mais si vous êtres frustrés de ne pas partir donnez vous les moyens d y arriver! Quand l envie est plus forte que la peur il faut y aller!
    Je ne dis pas que c est gagné pour moi et que je prendrai l avion comme quand je monte dans ma voiture mais je sais qu il me tarde déjà de repartir et ça c est une jolie victoire que je souhaite à beaucoup de monde… Et cerise sur le gâteau ma fille de 15 ans a enfin pu faire son baptême de l air puisqu elle faisait parti du voyage, elle qui rêvait de prendre l avion… Elle a adoré, un vrai bonheur de la voir si heureuse
    Voilà mon expérience, j espère qu elle pourra vous aider un petit peu… Bon courage à vous tous

    Répondre

  74. Christelle

    12/04/16 at 02:49

    Et merci à Xavier pour cette page et aux personnes qui y ont commenté, je me suis servi de quelques conseils que j y ai trouvé avant mon départ. Et puis ça fait du bien de voir que d autres vivent les mêmes difficultés et arrivent à les surmonter, ça m a donné espoir…

    Répondre

  75. FALL

    05/05/16 at 23:40

    Bonjour a à tous merci pour vos messages. Je suis dépassé avec cette claustrophobie, sa me pourri la vie. Pour moi je pense que sa remonte depuis mon enfance, car je me rappel que quant je prennais le bus avec ma mère je n’arrivais pas a resté au fond du bus et pire quand les vitres étaient condamné. Je n’arrivais pas a joué dans les petits tunnels avec mes amis. ma famille ne me comprennait pas vu que je suis issu d’une famille africaine. C’est maintenant quand j’ai grandi que j’ai fait mes recherches que j’ai compris que c’était sa.
    Mais je vous assure que se sentiment que j’ai dans les espaces clos est ingérable pour moi. Je n’ai jamais eu le courage d’affronter les ascenseurs, avions, bateaux, tunnels…la liste est tellement longue chez moi.
    aujourd’hui je suis confronté a une situation qui me dépassé car je dois me rendre dans une province du pays dans lequel je vis, le Gabon et les moyens pour s’y rendre c’est unoquement l’avion ou la bateau.
    Svp aidez moi car en Afrique cette maladie est dite la maladie des Blancs donc on ne me comprend ffacilement même les médecins prennent sa a la légère, je suis dépassé

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Tout savoir sur la location de voiture aux Etats Unis